Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Définition et utilité du spectre bipolaire selon Hagop Akiskal

19/09/2010
Auteur : Dr Hantouche

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Spectre bipolaire : dépistage

Comprendre le spectre bipolaire est une nécessité pour travailler sur tous les aspects de la bipolarité et dans tous les domaines de la médecine.

Le spectre bipolaire


Le terme "Bipolar spectrum" apparaît pour la première fois dans la littérature psychiatrique en 1977 dans un article présentant les résultats d’un suivi prospectif de patients cyclothymiques. La majorité de ces patients a développé un trouble BP-II (épisodes d’hypomanie) et peu de trouble BP type I. Environ, la moitié des patients ayant reçu des antidépresseurs a développé une accélération des cycles. Le plus d’évidence scientifique en faveur du concept "spectre bipolaire" a été fourni ces dernières années. Ces formes sub-cliniques (au-dessous du seuil fixé dans le DSM-IV) ont été identifiées dans la communauté ainsi que dans les populations cliniques. On note certains passages des formes atténuées aux formes BP-I.

Ce spectre comporte en plus des BP-I, BP-II, les hypomanies brèves, les hypomanies induites par les antidépresseurs, et les dépressions émergeant dans des tempéraments cyclothymique et hyperthymique, ainsi que les dépressions avec des symptômes d’hypomanie intra-épisodique (état dépressif mixte). Malgré les critiques à l’égard de la notion de spectre bipolaire, la majorité des formes citées a été validée dans diverses études internationales dont 2 études nationales en France et Pologne.

Le spectre de la bipolarité inclut cinq formes de troubles bipolaires :
  • les bipolaires I (dépression + état maniaque),

  • les bipolaires II (dépression + hypomanie),

  • les cyclothymies associées à des épisodes dépressifs

  • les bipolaires III (hypomanie liée à une prise de traitement antidépresseur, il s’agissait surtout à l’époque des tricycliques, mais l’expérience a montré que les antidépresseurs de nouvelle génération sont aussi susceptibles de déclencher des états hypomaniaques),

  • les bipolaires IV (dépression chez les hyperthymiques (personnes qui ont des traits hypomaniaques). J’insiste sur le fait que l’hyperthymie est cliniquement différente de l’hypomanie, mais qu’elle n’en est pas moins une forme d’excitation, c’est-à-dire à catégoriser dans le cadre de l’hypomanie.

    Plus tard, la fréquence de chacune de ces sous-catégories de troubles bipolaires a pu être chiffrée : 18% de type BP-I, 18% de type BP-II, 9% de type BP-III, 5% de cyclothymiques et 50% d’unipolaires (dont 6% étaient des dysthymiques). Dans l’échantillon particulier des patients recrutés pour cette étude, qui étaient des patients hospitalisés, il n’y avait pas de bipolaires IV (Akiskal et Mallya, 1987).

    Cassano (institut psychiatrique de Pise) a été un des premiers à être convaincu de l’existence d’un spectre de la bipolarité dans une perspective familiale.
    Avec Cassano, nous avons comparé l’histoire familiale de patients présentant différents types de troubles bipolaires, en incluant aussi des unipolaires dans l’étude. Nous avons étudié 687 patients, et nous avons montré que les bipolaires de type I, II et IV ont significativement plus d’antécédents de bipolarité que les patients purement unipolaires. Les résultats montraient aussi que les bipolaires II et IV ont la même fréquence d’antécédents de bipolarité (nous avions dans cette étude rattaché les bipolaires III au groupe des bipolaires II). Cette étude constituait une nouvelle démonstration, selon des données familiales, du spectre de la bipolarité (Cassano et al 1992).

    En 1987, Pierre Pichot a demandé à Hagop Akiskal de faire une conférence reprenant les arguments contre la dichotomie (Akiskal et Akiskal 1988). Cette conférence devant un public français a eu pour conséquence d’imaginer les études EPIMAN et EPIDEP, faites en France. L’étude EPIDEP (qui a inclus 493 patients) a montré que les patients qui souffrent d’un trouble bipolaire de type III ont des antécédents familiaux importants de bipolarité, similaires à ceux qui ont un trouble bipolaire de type II (Akiskal et al 2003). Il serait ainsi nécessaire d’avoir une forme de "permission familiale" pour présenter un trouble bipolaire de type III. Cela s’accorde avec l’idée qui propose que les bipolaires de type III ne sont pas très différents des type II, c’est-à-dire que le virage hypomaniaque chez les type III n’est pas tant un effet indésirable pharmacologique que la révélation d’une bipolarité endogène. Le trouble bipolaire de type III serait donc à situer du côté d’une disposition naturelle, et on peut dire que le virage hypomaniaque chez les bipolaires III se situe dans le cadre de la diathèse bipolaire.

    Le schéma du spectre bipolaire


    Voici une schématisation des spectres bipolaire selon que la dépression soit mineure ou majeure et selon la dominance du tempérament affectif :

    Troubles BP mineurs (dépression mineure)
  • Tempérament Hyperthymique = Trouble BP-IV

  • Tempérament Cyclothymique = Trouble Cyclothymique

  • Tempérament Irritable = Personnalité Borderline

  • Tempérament Dépressif = Dysthymie (dépression mineure chronique)


  • Trouble BP-II (Dépression majeure)
  • Tempérament Hyperthymique = Trouble BP-IV

  • Tempérament Cyclothymique = Trouble BP-II 1/2

  • Tempérament Irritable = BP-II mixte

  • Tempérament Dépressif = Trouble BP-III



  • Et la dernière classification du spectre BP proposée par Hagop Akiskal et Olavo Pinto en 1999 :
  • Bipolaire ou Schizo-affectif : psychose, dépression et manie

  • Bipolaire I : manie

  • Bipolaire I-?: hypomanie chronique réfractaire

  • Bipolaire II : dépression + hypomanie spontanée

  • Bipolaire II-?: dépression + cyclothymie

  • Bipolaire III : dépression + hypomanie pharmacologique (induite par traitement)

  • Bipolaire III-? : dépression + hypomanie ou instabilité émotionnelle induite par l’usage d’alcool ou de stimulants

  • Bipolaire IV : dépression + tempérament hyperthymique

  • Nécessité de la notion de spectre bipolaire


    Pour Akiskal, la notion de "spectre bipolaire" est importante en termes:
  • de santé publique,

  • de génétique,

  • de clinique psychiatrique,

  • de théorie psychiatrique,

  • de méthodologie de la recherche.

  • Par exemple, certaines variables de la bipolarité atténuée sont actuellement considérées comme des endophénotypes comportementaux et certains gènes sont actuellement identifiés comme liés à ces phénotypes.

    Accepter la notion de spectre bipolaire élargi sans aucune critique n’est pas du tout justifié ni recommandé. Cependant, critiquer sans être familier avec la littérature ancienne et moderne n’est pas acceptable. Tout cela est pour dire qu’il est urgent que la recherche et le développement des médicaments doivent s’intéresser au spectre bipolaire. En attendant, on ne fait qu’appliquer ce qui est accepté pour les troubles majeurs (BP-I). Même, pour les psychothérapies et notamment la psychoéducation, des modèles et des formats doivent être spécifiquement créés et adaptés pour le trouble BP-II et la Cyclothymie.
    Rappel des définitions du spectre bipolaire