Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Lenteur obsessionnelle

1/01/2010

Dictionnaire > MOTOC > Compulsivité - Contrôle

Lenteur, primaire ou secondaire ?
La lenteur est une des manifestations visible du TOC. Elle est souvent remarquée dans la famille mais aussi â l’école ou au travail. C’est aussi un mot souvent utilisé par les proches pour décrire le malade atteint de TOC.

La lenteur est â mettre en relation avec les compulsions qui entraînement un ralentissement général dans les activités, particulièrement lorsqu’il s’agit de symétrie, d’ordre et surtout de perfectionnisme. Le geste doit être effectué avec attention puisqu’il doit être parfait, il est donc lent. Mais les obsessions entraînent aussi une lenteur, dans le sens où elles parasitent l’activité mentale du patient et l’empêche de se concentrer correctement. Ce qui s’apparente donc a de l’inattention ou â un ralentissement de la pensée est en fait un ? effet secondaire ? observable de l’idée obsessionnelle.



La lenteur n’est pas un symptôme spécifique au TOC. Il est aussi observé dans la dépression majeure avec un ralentissement dans les activités quotidiennes et dans la pensée. Chez une personne atteinte de TOC, la survenue soudaine d’un ralentissement peut être un signe d’apparition d’un épisode dépressif. Il convient alors d’en faire part â son médecin.



Une lenteur excessive a aussi été regroupée en syndrome nommé SLO (Syndrome de Lenteur Obsessionnelle). L’isolement de ce syndrome a été inspiré par les travaux de Pierre Janet (1903) qui a décrit "l’Etat Psychasthénique" du TOC comme une prédisposition â l’incomplétude avec des sensations internes d’imperfection et d’insatisfaction. Cependant, c’est Rachman qui a été le premier â individualiser en 1974 le "SLO primaire" â partir d’une dizaine de vignettes cliniques. Le tableau clinique du SLO est dominé par une hyperméticulosité pathologique dans la réalisation des tâches de la vie quotidienne avec une absence relative de pensées obsédantes, de rituels ou d’autres conduites réductrices de l’anxiété. Le terme "Orderliness" est aussi utilisé pour désigner un mode fixe d’exécution d’une activité, même banale, de manière parfaite avec une séquence précise et correcte. Dans cette forme particulière, la perception ainsi que la consommation du temps sont pathologiques.


Rachman pensait que la lenteur aurait pour finalité de limiter l’affrontement du patient aux stimuli évoquant ses malaises et par conséquent prévenir l’émergence des symptômes obsessionnels ou compulsifs. Dans notre enquête, la lenteur était associée â un nombre élevé de symptômes, notamment des obsessions, suggérant l’idée que la lenteur serait plutôt secondaire â une sémiologie riche et complexe.



Contrairement aux autres syndromes obsessionnels, la lenteur ne fait pas partie des "obsessions normales". En effet, contrairement aux autre facteurs, le score du facteur "lenteur" du questionnaire MOCI (ref) est presque nul dans les groupes témoins.
Les résultats d’une large étude française ont montré que le SLO ne représente pas un phénomène bénin et que sa conception devrait être plus large que celle qui a été proposée initialement par Rachman. Il devrait être davantage utilisé comme un indicateur non-spécifique de sévérité, un marqueur d’un sous-groupe clinique et-ou un témoin d’une co-morbidité dépressive. Cependant, dans son rapport initial, Rachman n’a pas écarté la possibilité que la lenteur soit secondaire aux rituels.