Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Définition de la bipolarité résistante

26/08/2013
Auteur : Dr Hantouche

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Concepts / Classification

Définition de la bipolarité résistante qui prend en compte lʼensemble des difficultés qui empêchent lʼaccès du patient à un état de «bo
Il nʼy a pas de consensus pour définir une « Bipolarité Résistante ». Cʼest pour cette raison je préfère parler de « Bipolarité Difficile » - une définition qui tient compte de lʼensemble des difficultés qui empêchent lʼaccès du patient à un état de « bonne santé » (rémission clinique au long cours, fonctionnement préservé).

Un certain nombre de paramètres doit être pris en compte quand on parle de « bipolarité résistante » (cf. tableau)
  • En premier, il importe de préciser la nature de lʼépisode actuel qui résiste au traitement (Manie, Dépression, Etat Mixte). Dans la plupart des études, il est question dʼépisode maniaque difficile à soigner ou dʼépisodes émergeant au cours dʼun traitement au long cours. Peu de choses sont écrites sur la dépression bipolaire résistante ; ainsi les critères habituellement utilisés pour définir une dépression unipolaire résistante sont utilisés à ce propos (1) avec la mention : échec de réponse aux thymorégulateurs qui doit être ajouter à celle précisant lʼéchec des antidépresseurs (un ou plusieurs). De même, certains auteurs exigent dans la définition de résistance de lʼépisode maniaque ou au traitement au long cours, lʼabsence de traitement antidépresseur, qui est présumé responsable dʼexacerber la manie ou accentuer la cyclicité bipolaire

  • En second, il convient de tenir compte dʼautres paramètres que ceux basés sur les symptômes ou les syndromes cliniques, comme par exemple, le niveau de fonctionnement psychosocial ; bien que les paramètres cliniques et fonctionnels soient souvent liés, une évaluation du fonctionnement est nécessaire.

  • En troisième lieu, la définition de résistance doit tenir compte de lʼévolution du trouble au long cours, comme la fréquence des rechutes ou des récidives malgré un traitement bien conduit et réputé être un régulateur de lʼhumeur (cʼest-à-dire capable de protéger le patient contre les récidives ou au moins atténuer leur fréquence et leur intensité). Une résistance au traitement de maintenance peut être évoquée après un échec avec un certain nombre de traitements (habituellement 2 à 3 essais) – ce qui semble représenter un seuil « logique » pour parler de résistance.

  • En quatrième lieu, certaines études incluent à côté des échecs aux traitements, les cas ayant mal toléré les traitements (2,3). Bien que la tolérance des traitements anti-bipolaires soit une condition nécessaire pour le succès thérapeutique, le risque est de diluer les cas inclus dans les études, notamment quʼil sʼagit de deux phénomènes différents. Dans la littérature concernant la dépression unipolaire, on a coutume de parler de « pseudo résistance » pour les cas dʼintolérance à un essai thérapeutique adéquat (1). Dans la pratique, on est souvent confronté avec le problème de vraie résistance ou de « fausse » (traitement pris de manière irrégulière, arrêts complet ou partiel à cause des effets indésirables) ; Cela dit, dans les deux cas, il sʼagit de bipolarités difficiles à traiter.

  • Un problème de définition réside dans le fait que la majorité des patients bipolaires sont traités avec des combinaisons médicamenteuses, la définition de résistance doit considérer la notion dʼéchec à une ou plusieurs combinaisons réputées agir dans le trouble bipolaire (en aigu ou au long cours).

  • Lʼensemble des ces paramètres est important à explorer devant un cas bipolarité difficile ou apparemment résistant à un traitement donné (ou plusieurs). Les stratégies thérapeutiques dépendent de cette exploration, avec la recherche constante et systématique des cas observant mal leurs traitements. Dans cette recherche, il est important de faire la part entre :
  • les cas qui rechutent après arrêt du traitement
  • les cas où le début dʼune hypomanie est responsable de lʼarrêt du traitement ; ce qui ne peut que compliquer la rechute maniaque.

  • Donc, pour définir une BP Résistante, il convient dʼavoir de :
  • Spécifier la phase du trouble
  • - Manie aiguë
    - Dépression aiguë
    - Survenue au cours dʼun traitement au long cours
  • Obtenir le diagnostic les plus affiné du trouble (BP-I vs –II, -III, Cyclothymie…)
  • Evaluer la qualité du fonctionnement
  • Explorer le profil des tempéraments affectifs
  • Spécifier le nombre des essais cliniques adéquats
  • Définir un seuil minimum de doses
  • Faire la part entre « vraie » résistance et pseudo résistance (intolérance, arrêts, oublis du traitement)
  • Exclure les patients avec antidépresseurs avant de se prononcer sur la résistance de la manie ou de rechute sous traitement au long cours
  • Définir la réponse au traitement (comme une baisse de 50% sur des échelles de manie ou de dépression ou avoir un score inférieur à un seuil)
  • Exiger un certain nombre dʼessais avec des combinaisons pharmacologiques
  • Quelle définition peut-on appliquer ?


    Malgré toutes les difficultés citées, il est possible de proposer comme définition de la résistance :
  • une réponse clinique peu satisfaisante
  • au moins deux essais thérapeutiques adéquats (dose et durée)
  • censés traiter la phase spécifique du trouble bipolaire (manie, dépression ou une récidive sous traitement)
  • au moins une durée de 6 semaines pour la Manie, de 12 semaines pour la dépression bipolaire et de 12 mois pour un traitement de maintenance ; garder à lʼesprit que certains épisodes peuvent exiger des durées plus longues pour obtenir le maximum de réponse
  • des facteurs sociaux, somatiques et psychologiques (4) peuvent interférer avec la qualité de réponse au traitement, ce qui rend toute définition de résistance, un vrai défi dans la pratique de tous les jours ; Cela dit, on a besoin dʼun minimum de repères pour rendre le traitement plus cohérent et le plus complet possible en ajoutant à la pharmacothérapie des approches psychologiques adaptées comme :
    • la psychoéducation,
    • la thérapie cognitive,
    • la thérapie des rythmessociaux,
    • la thérapie par acceptation et engagement,
    • la remédiation cognitive et fonctionnelle

    Références

  • Gitlin MJ. Treatment-resistant bipolar disorder. Molecular Psychiatry 2006; 11, 227–40.
  • Gitlin MJ. Treatment of refractory depression. In: Licinio JWL (ed). Biology of Depression. Wiley VCH: New York, 2004, pp 385–410.
  • Sachs GS. Treatment-resistant bipolar depression. Psychiatr Clin North Am 1996; 19: 215–36.
  • Colom F, Vieta E, Martinez-Aran A, Reinares M, Beinabarre A, Gasto C. Clinical factors associated with treatment noncompliance in euthymic bipolar patients. J Clin Psychiatry 2000; 61: 549–55.





  • septembre 2013