Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

8 : Adolescents : Gèrez votre humeur en changeant votre perception du monde

1/01/2009

Bipo / Cyclo > Bipolarité infanto-juvénile > Adolescents bipolaires

A partir des cycles émotionnels, apprenons à changer notre vision du monde.
Votre cerveau émotionnel est responsable, à travers le repérage des pensées qui débarquent dans ton cerveau d’une manière automatique et qui portent généralement sur la manière dont tu te perçois, dont tu perçois le monde et la manière dont tu envisages l’avenir.

Et comme elles sont automatiques et arrivent souvent pour des raisons qui te semblent lointaines ou incompréhensives, souvent tu les ignores sans parfois le savoir ; elles passent donc inaperçues mais les dégâts qu’elles provoquent en termes émotionnels, sont loin d’être inaperçus ! C’est donc la preuve que ton cerveau émotionnel est à fond et qu’il provoque tous ces bouchons et ces cycles dans lesquels tu te retrouves souvent coincé.

Apprendre à les repérer et par ce biais à faire taire le cerveau émotionnel et à accorder une oreille plus attentive au cerveau intelligent est l’une des clefs de la gestion émotionnelle (notamment quand on présente des troubles à ce niveau-là). C’est une question d’angle de perception ! Et c’est comme ça que l’on apprend à mieux vivre.

Revenons donc à la manière dont notre humeur influence notre manière de percevoir le monde. L’information que ton cerveau prend dans le monde pour l’analyser, subit une "distorsion" en quelque sorte, elle est ainsi déformée par :

Plein de "et si"
Plein de "je dois, il le faut, c’est comme ça,"
Plein de règles rigides sur les hommes, le fonctionnement du monde et sur toi
Plein de "toujours, jamais, tout le temps, tout le monde"
Plein de "Noir ou blanc, bon ou mauvais"
Plein de "zoom sur le négatif"
Plein de "scénarios dramatiques"

Donc plein de croyances solides comme un roc qui ne laissent aucune place à la nuance.
Le monde est fait de pleins de couleurs différentes et de multiples angles de perception. En quelque sorte pour supporter d’y vivre, pour souffrir le moins possible et pour profiter des petites choses, un choix s’impose : apprendre à voir les nuances et les différentes couleurs, c’est-à-dire et être malléable dans ton positionnent.

Ton cerveau émotionnel, à cause de pleins de raisons comme le fait qu’il soit très réactif, très intense, qu’il réagisse très vite, plus vite que celui des autres, te joue très souvent de mauvais tours. Sacré cerveau émotionnel ! Lui qui te fait si vibrer, mais qui souvent t’embarque dans des bouchons émotionnels dont il est primordial que tu te sortes. La bonne nouvelle est que tu peux l’apprivoiser.

A force d’interpréter de la même manière des situations souvent différentes, tu finis par solidifier des croyances, sur toi, sur le monde et sur ton avenir qui sont souvent déformées voire erronées et qui te causent beaucoup de souffrance. D’où la nécessité de chercher, comment d’une manière générale, tu te perçois, tu perçois les autres et tu perçois l’évolution de ta vie. Ce sont elles (les théories que tu as échafaudées tout le long de ta vie), qui en quelque sorte, formatent la manière dont tu vis ta vie au quotidien. Certes, elles changent en fonction de ton humeur, parfois même, du tout au tout. Mais l’important est de les repérer, de repérer la voix du cerveau émotionnel et d’apprendre avec le temps, à le faire taire, et à laisser la place à la "voix sage" du cerveau intelligent. Pour cela, je te présente i-dessous ton plan d’attaque :

  • Règle no 1 : Reconnais les déclencheurs dans ta vie

  • Identifie les expériences douloureuses que tu as vécues et ce qui les a déclenchées

  • Règle no 2 : Repère la voix de ton cerveau émotionnel

  • Identifie les pensées automatiques générées par ton cerveau émotionnel et les interprétations (des déclencheurs) qui en ont découlé

  • Règle no 3 : Va à la recherche des croyances

  • Qu’est-ce que ton cerveau émotionnel essaie de te faire croire sur toi-même, sur le monde et sur l’avenir ?

  • Règle no 4 : Identifie tes émotions

  • Qu’est-ce que tu ressens ?

  • Règle no 5 : STOP

  • N’obéis pas en aveugle à ton cerveau émotionnel

  • Règle no 6 : Mets ton imperméable, relève ton col et deviens Sherlock et réponds à la question : Où est la preuve ?

  • Scanne ton environnement, va à la recherche des preuves qui mettent en cause ces pensées automatiques

  • Règle no 7 : Pense différemment

  • Remplace tes pensées automatiques et tes croyances par des plus réalistes en faisant appel à ton cerveau intelligent

  • Règle no 8 : Examine de nouveau tes émotions

  • Comment te sens-tu une fois que tu as modifié ces pensées ?

  • Règle no 9 : Agis différemment

  • Réponds aux pensées générées par ton sage cerveau. Prends l’engagement de changer tes vieilles façons de faire