Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

11: Rôle des événements de mon passé

21/11/2010

Témoignages > Bipolarité > Ma dépression

Je voudrais maintenant en venir â lʼanalyse de mon passé â proprement parler.
Jʼai lʼintime conviction que lʼépisode dépressif que je traverse depuis maintenant plus de deux ans est lié â certains autres évènements de mon adolescence et de mon enfance.
Tout dʼabord, jʼai plusieurs fois consulté des psychologues depuis lʼâge de dix ans, et si les raisons qui mʼont conduit â eux ne sont sûrement pas liées â mon mal-être actuel, cela prouve tout du moins que jʼai toujours été jusquʼalors particulièrement fragile. De plus, avec aujourdʼhui ce recul qui me permet dʼanalyser plus clairement les sentiments qui me rongent de lʼintérieur lorsque je suis au plus bas, jʼétablis nettement certaines corrélations avec ces événements passés. Je vais mʼatteler ici â lister ces liens et â expliquer ce qui me fait penser quʼils existent, en remontant petit â petit jusquʼâ mon enfance.

Pour commencer, je parlerais des rares souvenirs de véritable malaise qui me restent de mon adolescence. Je me souviens que ceux-ci remontent â ma sixième et ma cinquième, donc vers lʼâge de douze ans. Certains évènements marquants restent aujourdʼhui particulièrement ancrés dans ma mémoire, et plus particulièrement celui-ci: alors que jʼétais en sixième, jʼavais malencontreusement fini de pisser dans mon pantalon après être passé aux toilettes. Cela est certes gênant sur le coup, mais rien de bien important. Or, je me rappelle que cela était arrivé pendant la récréation, et que jʼétais resté assis sur un muret jusquʼâ devoir retourner en cours, â ruminer ce quʼil venait de mʼarriver, me sentant honteux dʼavoir fait cela, même si cela était tout â fait exceptionnel et que personne dʼautre que moi ne risquait de le remarquer. Je devais avoir lʼair particulièrement atterré car des filles de troisième étaient venues me voir et mʼavaient demandé ce qui nʼallait pas et pourquoi je restais tout seul, me complimentant au passage sur la couleur de mes yeux. Au lieu de me flatter, cela mʼavait fait culpabiliser car je me disais intérieurement: ? si tu savais comme je me sens sale et idiot, je ne mérite pas un tel compliment ?.

Un peu plus tard, en cinquième je crois, jʼavais dans ma chambre un petit calendrier sur lequel je notais tous ces petits riens gênants qui me marquaient, en sur-lignant dʼune couleur différente selon la nature du ? méfait ?. Je me souviens que cela mʼaidait â, dʼune part, ne pas les oublier, mais également â les mettre dans un coin de ma tête et attendre des jours où je me sente bien pour y repenser et pouvoir chasser définitivement ces mauvais souvenirs de mon esprit. Je me souviens également que durant cette période, je ruminais parfois dans mon lit et tentais dʼétablir un ? calendrier mental ?, cette fois-ci de tous les événements passés de ma vie qui avaient pu me causer des gênes semblables, travail douloureux et très fastidieux qui me laissait sûrement parfois de longues heures sans sommeil. Et jʼarrivais â en ressortir quelques uns, parfois très lointains, qui me prouvaient que je nʼavais toujours pas réussi â les évacuer complètement de mes pensées. Je me rappelle que tous ces souvenirs sʼétant déroulés il y a très longtemps, ils en demeuraient parfois toujours aussi gênants, surtout lorsque je me forçais â y penser pour les ? débloquer ? de ma mémoire. Je dis bien débloquer, et cʼest en ce sens que je fais le rapprochement avec ma situation actuelle. Les deux sont en effet particulièrement analogues. Dans les deux cas, je suis gêné par des évènements mineurs, qui me font culpabiliser uniquement vis-â-vis de moi-même, qui mʼempêchent dʼavancer en toute confiance tant que je ne me suis pas raisonné sur chacun des cas qui me préoccupent. Les seules différences majeures, cʼest quʼâ lʼépoque jʼavais la capacité de mettre de côté ces pensées négatives pour me concentrer sur mes obligations et mes activités quotidiennes, ce qui nʼest plus le cas aujourdʼhui lorsque je me sens mal; ensuite, et cʼest sûrement lié â ce que je vient dʼexpliquer précédemment, cʼétait â lʼépoque des évènements tout â faits ponctuels et souvent très espacés dans le temps.
Aujourdʼhui, â partir du moment où je fais un blocage, dʼautres apparaissent alors dans un mouvement de réaction en chaîne, ce qui participe activement â déclencher ce malaise que je nʼavais jamais ressenti par le passé.

Il y a ensuite la période des TOC, vers lʼâge de dix ans, lorsque jʼhabitais encore â Cormeilles-en-Parisis. Il y avait tout dʼabord les Legos Star Wars, que je déployais fièrement sur une de mes étagères. Il me bouffaient la vie, ces Legos, et ils étaient rapidement devenus une véritable obsession. Je vérifiais la place exacte de tous les éléments au moins dix fois par jour, nettoyais la moindre poussière présente sur lʼétagère, personne ne devait entrer dans ma chambre et jʼeffectuais certains rites: je devais par exemple fermer la porte de ma chambre â chaque fois que jʼen sortais, tenir fermement la poignée dix secondes, puis souffler sous la porte un nombre de fois incalculable. De véritables troubles du comportements contre lesquels je ne pouvais rien et qui me rendaient dingue si jamais quelque chose venait â contrarier lʼordre précis que jʼavais établi. Il y avait également les Pokémon, un peu plus tard, qui mʼont fait désespérer. Jʼen étais absolument fan, mais je repoussais sans cesse le moment où jʼallais commencer une partie du jeu vidéo sur mon Gameboy. Il fallait que tout soit parfait, que je sois propre, habillé, la tête vidée, que jʼai fini la collection de telles cartes pour pouvoir y toucher. Bien sûr, cela nʼarrivait jamais. Je me rappelle que jʼen étais réduit au point de chercher un produit dʼentretien sur les émissions de téléachat me permettant de retirer les rayures sur le carton de mes cartes. Cela me rendait malheureux, et mon entourage sʼen rendait bien évidemment compte, comme dans le cas des Legos.

Je pense que ces évènements sont les premières manifestations de troubles psychologiques sérieux chez moi, et aujourdʼhui je réussis â faire le parallèle entre cette notion dʼordre (qui englobe celle de lʼhygiène au final) auquel jʼaspirais â lʼépoque et mes blocages mentaux actuels qui y font référence: lorsque les choses ne se passent pas comme je lʼaurais voulu ou lorsque jʼeffectue quelque chose différemment de dʼhabitude (par exemple ne pas être ordonné dans le rangement ou lʼapprentissage de mes cours, oublier de me passer de la crème après être sorti de la douche ou encore ne pas mʼessuyer exactement de la même façon quʼhabituellement lors dʼun passage aux toilettes), je ressens alors un certain désordre mental, qui me cause justement ces blocages. Cʼest ce désordre intérieur qui, amplifié, me laisse ce sentiment dʼêtre complètement perdu et de ne plus avoir aucun repère auquel me raccrocher. Je pense enfin, et personne ne me contredirait sur ce point, que jʼopérais â lʼépoque où jʼétais sujet aux TOC un transfert sur les Legos et les Pokémon de quelque chose que je ne pouvais exprimer autrement. Ce nʼest fort heureusement plus du tout le cas aujourdʼhui, et je ne mʼinflige pas non plus de punitions ou de rites dʼannulation pour me faire payer ou pour oublier ce qui me dérange. Mais je pense que le problème est fondamentalement toujours le même actuellement quʼil y a dix ans.