Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

01: Découverte d‘un site sur la cyclothymie

1/01/2009

Témoignages > Cyclothymie > Moi, ma cyclothymie...Moi ?

Découverte de la cyclothymie grâce â un blog sur Internet, après 10 ans d‘errance médicale

Ce témoignage nous a été transmis par Régis BLAIN et publié avec l’accord de l’auteur, Stépahnie


Je m’appelle Stéphanie, j’ai trente ans dans deux semaines.

J’ai découvert le blog (Cyclothymie & Vérité de Régis BLAIN) il n’y a pas très longtemps, en cherchant des informations sur ma maladie, diagnostiquée depuis, mais que j’ai découverte seule.
Je tenais â vous écrire pour vous remercier de votre travail qui m’aide souvent, et puis également pour apporter mon témoignage. Je ne sais plus qui a dit cette phrase mais la souffrance de quelqu’un est inutile si elle n’aide pas les autres â s’en sortir. Ainsi, en espérant que les suivants ne souffriront pas â leur tour dix ans d’errance médicale, et que mon histoire est intéressante pour un cyclothymique ou quelque travail? la voici :

J’ai très peu de souvenirs, et dans ma mémoire, les années, les visages et les évènements se mélangent dans le tourbillon permanent et infernal de mes pensées. Il est donc très difficile pour moi de raconter mon histoire, car je ne sais rien situer dans le temps avec précision.
Sur mon passé le plus lointain, je pourrais dire que je me souviens avoir été une enfant très solitaire. Longtemps j’ai cru que cela avait été lié â mon statut d’enfant unique. Aujourd’hui je ne sais pas, mais je sais que depuis toujours je me sens différente, comme venue d’un autre monde, et que mon approche des autres en a toujours été affectée.
Quand j’étais petite, je croyais que je venais d’une autre planète. J’étais entourée d’amour, et ce n’était nullement pour remettre en question mon appartenance â ma famille. Mais il a toujours été évident pour moi, même petite fille, que les gens autour de moi ne ? fonctionnaient ? pas comme moi : il n’y avait donc pas d’autre explication â mes yeux.
Le plus flagrant, était sur les émotions. Je voyais très bien que personne ne ressentait les choses comme moi, n’aimait comme moi, n’avait peur comme moi. Je me sentais extraterrestre, terriblement incomprise, et le monde, ne formant qu’un, contre ma personne, n’était qu’injustice et fatalité.

Je pourrais dire aussi que depuis toujours, je suis plus éveillée, plus attentive, plus sensible. Et la créativité, je dirais même l’obsession de la création, a toujours été lâ .

Je ne sais pas pour les autres, mais il est évident pour moi que je suis cyclothymique depuis toujours. J’ai été une enfant cyclothymique, et la maladie n’a pas attendu l’âge adulte pour se déclarer.
Mes premières terreurs se sont manifestées â l’âge de quatre/cinq ans. J’avais déjâ peur de la mort, il m’arrivait d’y réfléchir de manière obsessionnelle, et j’avais (â l’inverse ?) des nuits sans sommeil? Mon esprit encombré par des réflexions fulgurantes sur l’univers, Dieu, le sens de la vie. Je me souviens que je le trouvais parfois, et que le lendemain, je n’en avais plus aucun souvenir.
Tout cela semble terriblement sérieux â lire, mais pour moi c’était du délire d’enfant, et tout comme je passais mon temps â inventer des histoires, j’ai uniquement cru que j’avais une imagination débordante.

Il faut dire que j’étais une enfant très heureuse, épanouie, précoce. La ? maladie ? n’en était donc pas vraiment une. Je me sentais incomprise et rejetée, mais l’amour de mes parents et l’existence fusionnelle que j’ai eue avec eux m’ont suffi.
Jusqu’â l’adolescence?

C’est le début des idées noires, du sentiment qu’il n’y a pas de place pour moi, que je suis trop différente pour ce monde.
C’est aussi la période de tous mes excès : mon intolérance infernale des gens qui ne pensent pas comme moi, n’agissent pas comme moi. Mes amis n’ont pas intérêt â s’écarter du chemin que je trace pour nous, sinon je les expulse sans procès, persuadée d’être la détentrice de ce qui est bien et de ce qui ne l’est pas, et qu’on doit mesurer les choses â mon aulne. Je dis comment il faut se comporter, ce qu’on doit faire et ne pas faire. J’ai un avis sur tout, et je sais que c’est le bon.

Je suis jalouse et possessive. Je ne tolère même pas que mes amis aient d’autres amis. â?a me rend malade, j’ai l’impression qu’on m’abandonne. Si on aime quelqu’un d’autre c’est qu’on ne m’aime pas, car on doit m’aimer absolument et totalement, n’aimer que moi. S’il reste de la place dans leur coeur, c’est qu’ils ne me le donnent pas tout entier, â moi, alors je n’en veux pas.
Rien ne va assez vite : le temps, le rythme des cours, l’apprentissage. Les gens ne sont pas assez passionnés, engagés, révoltés. Je les trouve nuls, je trouve tout nul, en dessous de tout.
Alors je finis par m’enfermer. Au même moment, coâ?ncidence ou pas, je découvre le cinéma. Je deviens cinéphile, hyper cinéphile, obsédée par le cinéma. Je ne pense plus qu’â une seule chose : voir des films et en faire. J’écris des histoires depuis toujours, le cinéma devient ma vocation et plus rien d’autre n’a d’importance.

Je passe, plusieurs années, enfermée dans le noir de ma chambre, par toute saison, â visionner des milliers de films. Je n’en sors que pour manger et aller au lycée.
Je crois que mes parents ne disent rien car les autres ont de gros problèmes avec leurs ados, alors que moi je suis sage, gentille, obéissante, excellente élève, je ne sors pas le samedi soir et je ne fréquente pas les garçons. Je reste â la maison, je ne fais pas de bruit, j’aime mes parents et je ne me dispute pas avec eux. J’ai aussi des amis que je vois le mercredi. Parfois ça finit en drame (voir les causes plus haut) mais cela n’a pas l’air très différent des autres histoires adolescentes.
Alors la maladie passe encore inaperçue.
Mais quelle maladie ?

ps : en gras, des signes évocateurs de cyclothymie juvénile (par Dr H.)