Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

L’importance des rythmes dans les troubles de l’humeur et l’anxiété

7/02/2012
Auteur : M Trybou

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Rythmes

Et si les rythmes permettaient de stabiliser la bipolarité et la cyclothymie ? Des réponses et des outils.

Les paramètres de la stabilisation


Les personnes souffrant de Troubles Bipolaires, cyclothymie, ou de TOC (par exemple), constatent souvent que malgré leur régularité dans la prise de leur traitement, elles nʼarrivent pas à complètement se stabiliser.

Faut-il alors revoir le traitement ?
Faut-il investiguer les stress extérieurs comme le travail, les difficultés de couple ?
Est ce un souci dʼaffirmation de soi qui fait quʼon se laisse dévorer par le milieu du travail et la masse de dossiers ?
Tous ces éléments doivent être investigués, au même titre que lʼestime de soi.

Un facteur est souvent oublié : les rythmes et lʼhygiène de vie. Par cela on entend :
- le sommeil (heure du coucher et du lever),
- la limitation des les substances excitantes (café, coca, redbull, tabac, cigarettes), les drogues et lʼalcool,
- le surmenage au travail,
- les sorties festives trop répétitives et tardives.

Le but nʼest pas non plus dʼavoir une vie monacale, mais simplement dʼidentifier ce qui peut faire que le patient, qui souhaite aller mieux, ne va pas mieux. On cherche avec lui, en fins limiers, pour débusquer la brèche qui fait vaciller lʼédifice.

Le monitoring de lʼhumeur


Lʼoutil le plus utile pour identifier les soucis et stabiliser les rythmes sʼappelle le Monitoring : cʼest un petit tableau que le patient va remplir tous les jours.
Cela ne prend que quelques minutes et cʼest une mine dʼinformation.
Il faut juste ne pas oublier de le remplir, ce qui fait quʼon conseille souvent aux patients de le scotcher au miroir ou sur la boite de médicaments.
Il est simple dʼutilisation et permet de se rendre très vite compte de ce qui peut expliquer une rechute dépressive, des hypomanies, de lʼirritabilité, de la fatigue chronique, des TOC qui ne guérissent pas.

Le patient va mettre, tous les jours, une note qui représente son état dʼhumeur, et en dessous quelques idées (un événement important, un conflit, un oubli de médicament, lʼheure du coucher et du lever, une nuit agitée, de lʼalcool, du sport, ...) qui vont donner un aperçu de ce qui a pu améliorer ou aggraver lʼétat du patient.

Exemple de monitoring à photocopier ou à faire sur un morceau de papier


LundiMardiMercrediJeudiVendrediSamediDimanche
Ma note entre -10 et +10
Remarques diverses (stress imprévu, consommations diverses


Pour mettre des notes, nous utilisons à lʼéchelle suivante :


Quand mon humeur a changé dans la journée, je note le passage dʼune note à lʼautre (exemple : « – 3 à 2 ») et je peux inscrire ce qui a pu motiver cela.

Exemple dʼun tableau de monitoring de lʼhumeur


Le patient a 20 ans et a rempli lʼoutil sur une semaine :

LundiMardiMercrediJeudiVendrediSamediDimanche
Ma note entre -10 et +10-4-2 à +2+2 à -5-4 à +2+2+1-3
Remarques diverses (stress imprévu, consommations diversesBouchons sur la route, plein de dossiersRepas agréable entre collèguesDispute avec Robert, oubli de mon traitementSport, téléphone mamanRien à signalerRien à signalerNuit en boite, rentré à 4 h du matin


Nous pouvons voir dans cet exemple que le stress des dossiers, le lundi, a provoqué un coup de blues important (-4). Pour lʼinstant, cela nʼest pas encore trop alarmant. Secondairement, nous ne savons pas la note du dimanche précédent (peut être le week-end a tʼil été agité et peut expliquer cette note basse en tout début de semaine ?). La nuit de lundi à mardi a permis à lʼhumeur de remonter, et le déjeuner entre collègues a fait passer à ce patient la barre du 0. Il est donc, mardi après midi, de bonne humeur (+2) sans pour autant être en hypomanie. Cette bonne humeur perdure jusquʼau mercredi midi. Un conflit avec Robert et lʼoubli du médicament le mardi soir provoquent une chute importante (-5) que le patient perçoit comme un début de déprime. Il a raison pour deux raisons : -5 est une note très basse et si on compte bien il a fait une chute importante (de +2 à -5, soit 7 points) en quelques heures. Nous apprenons deux choses de ce patient : les conflits sont redoutables pour lui, et lʼoubli de ses médicaments se fait ressentir en quelques heures à peine. Son état de tristesse continue le jeudi matin. En voyant son petit tableau de monitoring, ce patient se dit quʼil faut agir et il a alors le réflexe de faire du sport (nous verrons ensemble dans quelques pages pourquoi il a raison) et de téléphoner à une personne importante de son entourage (sa mère). Son humeur remonte rapidement et se stabilise jusquʼau samedi. Samedi soir, il va en discothèque et rentre chez lui à 4h du matin. Son humeur est redescendue. Il a visiblement un peu trop tiré sur la corde. Il aurait par exemple pu rentrer plus tôt et ne pas se lever trop tard le dimanche matin.

Ce patient nʼa pas écrit les horaires de coucher et de lever. Dans un nouveau monitoring, il écrit systématiquement les horaires.

LundiMardiMercrediJeudiVendrediSamediDimanche
Ma note entre -10 et +10-5-10004-3
Remarques diverses (stress imprévu, consommations diverses7h 23h non irritable7h 23h non non7h 23h non non7h 23h non non7h 2h du mat alcool ++8h 5h encore excité dʼhierNuit en boite hier, rentré à 5 h levé à 16h, alcool +++ hier



Lʼanalyse :
On constate un sommeil très inégal : quand le patient se couche et se lève à la même heure, il est bien et nʼa pas dʼimpact sur lʼhumeur. Il sort le vendredi, boit de lʼalcool, et est hypomane le samedi matin. Il sort à nouveau le dimanche, boit beaucoup, se couche tard et se lève tard, et est déprimé. Il comprend à terme que son moral bas des lundis matins est dû aux dérapages de lʼalcool et à lʼirrégularité des heures et des durées de sommeil les vendredis et samedis.

Lʼimportance du sommeil


Dans tous les cas, que cela soit la dépression ou lʼhypomanie, soignez votre sommeil :
  • cʼest parce que vous vous levez tôt le matin que vous stabilisez votre humeur. Dormir après 9 h ou 10 h est inutile et aggrave vos variations. Le sommeil réparateur est celui du soir, pas celui du matin,

  • allez au lit toujours à la même heure,

  • levez-vous le plus souvent possible à la même heure, même le week-end, et même après une sortie en discothèque (se lever à 13 h parce quʼon sʼest couché à 4h du matin, sabote votre humeur et votre journée entière, voire celle dʼaprès. Il vaut mieux se lever vers 10h et attendre le soir qui permet un sommeil bien plus réparateur que celui du matin ou du midi),

  • si vous ne dormez pas après 30 minutes passées au lit, allez-vous asseoir dans un fauteuil confortable, bien au chaud, avec un livre. Vous reviendrez au lit quand vos yeux vous piqueront et que vous baillerez,

  • ne faites pas dʼactivité physique ou stressante 2 heures avant dʼaller vous coucher,

  • faites de la relaxation,

  • pas de café ou dʼalcool avant le coucher,

  • pas de sieste dans la journée, cela augmente la dépression.

  • Auto-analyses dʼun monitoring


    Prenons un exemple de ce quʼun patient constate avec son monitoring :
    La fatigue entraîne chez moi une phase dépressive. Avoir trop dormi me rend dépressif, ne pas avoir assez dormi aussi. En général, si jʼai trop dormi, je suis déprimé, puis je remonte puis je sombre encore plus bas. Quand je vais en boite, je me lève à maximum 11 heures, sinon je sombre aussi. Alcool et café sont proscrits car ça me met en euphorie sur le moment et en dépression au réveil. Et comme je suis très irritable en déprime jʼévite. Jʼessaye de ne pas trop fumer avant de me coucher sinon ça mʼempêche de dormir. La dernière fois, jʼai été très enrhumé, je dormais donc très mal. Jʼai senti, à cause de ce manque de sommeil, une phase dépressive sʼinstaller au fur et à mesure des jours. Le cumul de fatigue et de manque de sommeil a engendré une phase dépressive au bout de 6 jours, elle a duré le temps de récupérer un sommeil normal.

    Prenons lʼexemple dʼun patient qui a identifié lʼeffet des substances excitantes dans ses TOC :
    Malgré les traitements et la thérapie, même si jʼavais une très nette diminution des obsessions et une meilleure gestion de mes rituels, jʼavais encore une boule dʼangoisse permanente et des pensées diffuses dans la tête. On a essayé le monitoring sur plusieurs semaines, presque un mois en fait, afin de voir si le flot de pensées était en relation avec le sommeil, le stress ou des choses que je consommais. Cela peut paraître anodin mais un verre dʼalcool par ci par là avec des collègues, à cause dʼun contrat avec un client, au resto avec des amis, que jʼajoute par dessus mon café du matin, mon café du midi et les autres cafés que je prends sans même mʼen rendre compte, et les quelques cigarettes reparties sur la journée, ça fait une grosse quantité de produits excitants pour mon cerveau déjà excité. Comme je ne me sentais pas capable dʼarrêter la cigarette, jʼai proscrit lʼalcool et le café et yʼa pas de mystère, je nʼai quasiment plus du tout dʼobsessions. Je ne pensais pas que mon cerveau soit à ce point réceptif, surtout que je nʼavais pas lʼimpression de consommer plus que nʼimporte qui. Ce nʼest pas facile à se rentrer dans le crâne, mais quand on a un TOC on a pas un cerveau robuste comme tout le monde, on a un cerveau fragile, et il faut faire attention à ce qui le fait tourner plus que prévu.

    février 2012


    Les secrets d’un bon sommeil : il n’y a pas de mystère !
    Rythmes circadiens et bipolarité