Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

TOC résistant : bipolarité cachée ou ignorée ?

1/01/2008
Auteur : Dr Hantouche

Anxiété / TOC > Techniques pour lutter contre les TOC

Un collègue pédopsychiatre me demande mon avis sur des cas de TOC résistant - Est-ce qu’il s’agit de trouble bipolaire ?
’Cher Elie,

Je voulais demander ton avis concernant une adolescente de 16 ans, que je suis depuis 4 ans pour un TOC résistant.
Je l’ai rencontrée la première fois après une tentative de suicide devant un épuisement psychique lié à des conflits terribles entre ses parents (un père très impulsif, rigide, anxieux, pathologiquement jaloux et une mère déprimée, obsessionnelle, passive-agressive). Cette jeune patiente était prise dans les conflits des parents, terrifiée par la violence du père et collée à sa mère comme pour la protéger. Elle présentait à l’époque une dépression, des symptômes anorexiques et un perfectionnisme scolaire. J’ai pu mettre en évidence par la suite la présence d’un TOC avec des ruminations obsessionnelles autour de la séparation et de la mort surtout de la mère (fortement liées à la peur de la mort de la mère devant les explosions possibles du père). Elle présentait des rituels de vérifications gênants.

La prise en charge familiale d’un côté, et pharmacologique (Zoloft 100 mg) et TTC de l’autre, ont permis un apaisement de la situation et une amélioration clinique partielle des symptômes obsessionnels mais avec des hauts et des bas réguliers. Cependant, ce qui a commencé à me frapper, c’est moins la dimension des symptômes obsessionnels, que ’importance de l’obsessionnalité psychique avec une pensée qui n’arrive pas à s’apaiser, des questionnements permanents, des doutes et des peurs sur le retour des obsessions, même une obsessionnalité douloureuse autour d’un amour non réciproque avec un camarade. J’assiste à une obsessionnalité de la pensée qui a un effet épuisant sur la jeune patiente.

Plus récemment, elle m’a fait part de l’apparition de sauts d’humeur pluri-quotidiens, plus vers le bas que vers le haut et sans pics dramatiques, mais qu’elle vit très mal car elle se culpabilise de l’effet que cela pourrait avoir sur l’équilibre fragile des parents. Elle utilise bien sa thérapie, mais elle reste dans un contrôle permanent car probablement ce contrôle a été pour elle une solution de survie dans ce contexte familial, mais est désormais devenu une gêne et une souffrance dont elle a du mal à se défaire. Je souhaitais demander ton avis par rapport à la position que tu as parfois de considérer les TOC dans le cadre du spectre bipolaire et de l’utilisation dans certains cas de thymorégulateurs.

Le Zoloft garde une efficacité sur les symptômes et n’a pas eu d’effets d’augmentation des TOC, mais il est loin de produire une fluidification de la pensée de cette jeune qui malgré son intelligence est prise dans des contraintes douloureuses. L’ego-dystonie de ses pensées ne permettent pas non plus de les considérer comme des traits de personnalité. Le père s’est beaucoup apaisé depuis qu’il a accepté de voir un psychiatre, mais je ne suis pas arrivé à savoir s’il a eu un traitement et lequel. J’avais pensé devant son impulsivité et explosivité anxieuse à un trouble bipolaire.

J’ai évoqué l’hypothèse d’une rencontre avec toi, mais il est possible que ton avis indirect puisse être suffisant pour m’aider à la prise en charge
Merci de ton avis’


Mon avis était en faveur d’un TOC Cyclothymique


et un second e-mail



’Cher Elie,

J’ai vu hier soir une situation clinique très intéressante. une adolescente de 15 ans, suivi depuis longtemps pour des TOC d’apparence assez classiques (dont elle n’a parlé que très tard bien que présentes depuis l’âge de 7 ans) et plutôt gênants. La psychiatre l’a mise sous Zoloft 50 mg. Les TOC ont disparues sous 24H (après 8 ans de présence!!!) avec apparition d’une certaine nervosité, sans plus. Elle est arrivée aux urgences suite à une fugue avec des conflits importants avec les parents en lien avec une consommation de cannabis récente. J’ai repris l’histoire clinique et il s’agit de toute évidence d’un trouble bipolaire juvénile assez typique avec une familiarité pour les troubles bipolaires (un oncle et une grande-mère).

La famille est d’accord pour un traitement par thymorégulateur. J’ai un seul doute. Le Zoloft a eu un petit effet activateur chez cette jeune (pas un véritable virage) mais surtout a fait disparaître en 24H un TOC qui existait depuis 8 ans. La jeune a peur que si on l’arrête ces TOC puissent revenir. Elle a ce traitement depuis 3 semaines. Je ne sais pas s’il faut l’arrêter, même si je doute de cet effet miraculeux. Aurais-tu un conseil a me donner ? J’ai conseillé aux parents de lire ton livre sur la cyclothymie, peut-être ils te solliciteront.
Merci de ton conseil’



Et ma réponse



’Cher Mario,

Un TOC qui disparaît en 24 heures = virage typique (pas de doute - dʼhabitude il faut au moins 4 à 8 semaines de délai pour que les ISRSs agissent sur le TOC) - dans ce cas tu laisses Zoloft et tu ajoutes dépakine chrono 500 1/2 cp soir

bilan dans 2 à 3 mois’

A côté de la réactivité au traitement, je retiens :
  • histoire familiale positive
  • consommation de substance psychoactive