Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Intolérance à Lamotrigine

1/01/2009
Auteur : Dr Hantouche

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Traitements

Lamotrigine est un anti-convulsivant utilisé en psychiatrie depuis 1999 date des premières publications sur son utilité dans les dépressions résistantes et plus tard comme un thymorégulateur.
Lamotrigine est un anti-convulsivant utilisé en psychiatrie depuis 1999 date des premières publications sur son utilité dans les dépressions résistantes et plus tard comme un thymorégulateur agissant sur la prévention des rechutes dépressives dans les troubles bipolaires, type I et notamment type II.

Dans mon expérience avec ce produit depuis 1999 chez plus de 500 patients bipolaires, révèle quelques constats :

- Rareté des patients BP-II ou cyclothymiques stabilisés avec lamotrigine en monothérapie
- Des résultats satisfaisants avec la combinaison Lithium + Lamotrigine
- Fréquence non négligeable des allergies cutanées bénignes malgré une instauration lente et progressive des doses
- Survenue des effets psychiques adverses pernicieux comme excitation psychique sévère, agitation anxieuse, crises de panique, confusion mentale, dyskinésies, flashs obsessionnels,

Récemment, une de mes patientes présentant une dépression avec cyclothymie a été traitée avec une petite dose de lithium (200 mg) associée à lamotrigine (25 mg 1 cp un jour sur deux pendant 2 semaines puis 25 mg tous les matins). Progressivement, après une phase initiale positive (plus de concentration, moins de fatigue psychique et physique), s’installent progressivement un état bizarre qui culmine par des pulsions suicidaires obsédantes.

Je lui ai demandé de me relater en détail les symptômes ressentis pendant cette phase :

’Voilà la liste des effets indésirables que j’ai notés lors de mon traitement à base de Lamictal.
Il a noté que ces effets secondaires sont apparus progressivement, notamment à partir de la prise de 1 comprimé par jour.
Voici donc la liste des points négatifs :
- Forte augmentation de l’angoisse : 2 attaques de panique (je n’en avais pas fait depuis 4 ans 1/2) + forte hausse de l’anxiété au quotidien
- Forte augmentation de l’irritabilité / agressivité / méchanceté (notamment vis-à-vis de mon conjoint)
- Hausse de la fréquence des sauts d’humeur
- Dérèglement du sommeil : insomnies / levers tardifs
- Absence totale de moments de "bien-être" / joie / entrain
- Volonté de ma part de faire chambre â part en raison de mon irritabilité, mes angoisses et insomnies (malgré 1 Temesta + 3/4 de Lexomil) car ne je ne supporte pas la présence de mon conjoint à mes côtés
- Dérèglement alimentaire : pas envie de cuisiner --> boulimie de tout et n’importe quoi, ou à l’inverse substituts de repas
- Envie de rien, désespoir profond --> me sens HANDICAPEE
- Sentiment de n’avoir plus de force pour me battre, fatiguée par mon mal-être que je subis depuis 15 ans
- Nausées / mal de dos / fatigue
- Souhaiterais ne plus exister --> DISPARAITRE serait la solution
- ’acte suicidaire semble facile, accessible, presque ’doux’- Me sens seule face â mon handicap
- Désintérêt vis-à-vis de mon apparence physique
- Désintérêt pour ma vie en général (’vie de merde’)
- INCAPACITE à travailler alors que ce serait nécessaire : impossibilité de franchir le pas --> me sens tétanisée, étouffée. Je ne vaux rien.

Pour information, j’ai tout de même constaté quelques éléments positifs :
- Légère hausse de l’énergie
- Légère augmentation de la concentration (lecture par exemple)

La constatation de cet état a conduit à un arrêt de lamotrigine qui sera remplacé par le valproate (250 mg) - ce qui a fait disparaître cette phase pénible et "dangereuse" (selon la patiente) en quelques jours

En faisant une revue de la littérature récente, je retiens
  • un article de Villari V, Rocca P, Frieri T, Bogetto F.
    ’Psychiatric symptoms related to the use of lamotrigine: a review of the literature’,
    publié dans Funct Neurol. 2008 Jul/Sep;23(3):133-136.
    Lamotrigine est en général bien toléré; toutefois des problèmes psychiatriques ont été signalés chez les patients bipolaires traités par ce produit :
    virages thymiques, épisodes psychotiques aigus, hallucinations.

  • un article de Kuloglu M, Caykoylu A, Ekinci O, Yilmaz E.
    ’Lamotrigine-induced obsessional symptoms in a patient with bipolar II disorder: a case report.’publié dans J Psychopharmacol. 2008 Nov 21.
    Les auteurs rapportent un cas de survenue de TOC dans les suites d’un traitement avec lamotrigine. Les phénomènes OC sont apparus une fois la dose de 100 mg de lamotrigine est atteinte, et réduits pour disparaître avec ’arrêt du traitement. Ils tentent d’expliquer ce phénomène par un effet inhibiteur de lamotrigine sur la libération présynaptique du glutamate et une altération de la recapture de la dopamine dans le striatum.

  • un autre article de Kemp DE, Gilmer WS, Fleck J, Dago PL.
    ’An association of intrusive, repetitive phrases with lamotrigine treatment in bipolar II disorder.’publié dans CNS Spectr. 2007 Feb;12(2):106-11.
    Cinq patients présentant un trouble BP-II ont rapporté spontanément une forme de TOC avec des phrases récurrentes intrusives, suite à un traitement avec lamotrigine. Ces phénomènes sont réduits avec la baisse des doses ou ’arrêt du traitement et rechutent avec la reprise ou ’escalade des doses. ’effet de lamotrigine sur la régulation du système glutamatergique/ Pour rappel, la fréquence du TOC dans le trouble BP-II est assez élevée.


  • Pour vulgariser un peu les effets neurochimiques de lamotrigine, on peut dire que dans certains cas ce médicament est capable d’activer le système dopaminergique - ce qui explique ’agitation, le virage hypomaniaque, la formation d’état mixte, les épisodes psychotiques, les pulsions suicidaires... Ces symptômes sont classiquement expliqués par une hyperactivité dopaminergique (classique dans l’état maniaque).

    Globalement Lamotrigine est un traitement bien toléré; toutefois, une attention particulière doit être faite sur la possibilité de survenue d’effets psychiques adverses, dont l’excitation psychique et ’émergence de pensées obsessionnelles.