Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Avoir une bonne santé mentale

29/04/2014
Auteur : M Trybou

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Traitements

Sur quels concepts sʼappuie la thérapie de la psychologie positive ?
Les études de Murthy (2001) et de Weich (2009) ont listé les facteurs permettant une bonne santé mentale :
  • la capacité à résoudre des problèmes et des conflits,
  • les comportements altruistes,
  • la capacité à gérer ses émotions (et de gérer les biais interprétatifs),
  • une enfance avec des parents stimulants, sécurisants et aimants, non conflictuels,
  • des facteurs économiques stables.

  • Peterson et Seligman, (2004) ont analysé les réponses de 150 000 personnes de 40 pays, à un questionnaire en 240 questions. Leur étude a permis dʼisoler les critères permettant de ressentir le bien être. Les critères les plus universellement valorisés sont :
  • la gentillesse,
  • lʼintégrité,
  • la gratitude,
  • lʼouverture dʼesprit.
  • Les critères les plus correlés avec le bien être sont :
  • lʼespoir,
  • la vitalité,
  • la gratitude,
  • la curiosité,
  • lʼamour.
  • Les personnes manifestant le plus de gratitude ont tendance à apprécier leur vie quelle que soit la situation (Wood, Froh, Geraghty, 2010). Dʼaprès Emmons et McCullough (2003) la gratitude est un facteur essentiel de bien être : leur étude a réparti des étudiants sur 3 groupes. Le premier groupe devait écrire une fois par semaine, pendant dix semaines, cinq évènements qui suscitaient en eux un sentiment de reconnaissance. Le second groupe devait écrire cinq soucis rencontrés. Le troisième groupe devait écrire cinq évènements de leur choix. A la fin des dix semaines, les personnes du premier groupe étaient plus optimistes, plus satisfaites de leur existence, en meilleure santé, comme si le fait de se focaliser sur le positif (et obliger le cerveau à faire cette focalisation quʼil ne fait pas spontanément à cause de biais) reprogrammait la façon dont le cerveau perçoit le quotidien.

    La question du sens des actions est vitale : une expérience portant sur des femmes de ménage a montré que celles à qui on explique que leur travail permet aux enfants dʼéviter des allergies et aux nourrissons de moins tomber malades, avaient un niveau de santé supérieur (moins de plainte de maux de dos, …) que celles à qui on avait simplement demandé de faire leur travail. Selon Lazarus et Folkman (1984), le coping actif (stratégies dʼaction) visant à résoudre efficacement les problèmes en mobilisant ses ressources ou en cherchant de lʼaide permet une augmentation du bien être, contrairement au coping passif (lʼévitement) qui favorise le stress et la rumination. Les émotions positives entraineraient une augmentation de la dopamine dans le cerveau, donc une meilleure mémorisation, une plus grande flexibilité de la pensée et de la créativité, contrairement aux émotions négatives qui favorisent lʼanxiété et donc des fonctionnements plus rigides et une moins bonne mémorisation (Ashby, Isen et Turken, 1999). La gratitude permet une meilleure mémorisation (Watkins, 2004).

    Les adolescents altruistes ont moins de risques de dépression et de suicide (Wilson, Csikszentmihaly, 2007). Les personnes faisant du bénévolat ont une satisfaction de vie plus importante que les autres et présentent moins de troubles anxieux et dépressifs (Hunter et Linn, 1984). Lʼaltruisme augmente le lien social qui devient donc soutenant (Grube, Piliavin, 2000). Lʼhypothèse serait que lʼaltruisme augmente le sentiment de valeur personnelle, le sentiment de cohérence entre les valeurs des personnes et les actions menées, et le sentiment de contrôle de la situation (ce qui réduit le stress). Ainsi, une étude portant sur 1000 personnes en difficulté économique portant de lʼaide à dʼautres individus confrontés à la pauvreté montre que le niveau de stress était beaucoup moins important chez les aidants que chez les aidés. Dunn, Aknin et Norton, 2008, montrent dans leur étude que dépenser de lʼargent pour les autres donne un bien être supérieur au fait de dépenser pour soi : les chercheurs ont donné de lʼargent aux participants. A la moitié du groupe, ils ont demandé dʼutiliser cette somme pour se faire plaisir. A lʼautre moitié, ils demandèrent de lʼutiliser pour faire plaisir à une autre personne. Le second groupe avait un niveau de satisfaction plus élevé que le premier groupe suite à cette étude.

    La quête du bien être hédonique caractérisée par la recherche de maximisation du plaisir et la minimisation du déplaisir (quête égocentrique), est un bien être instable et ne donne pas de bonheur durable, contrairement à la recherche de sens, le sentiment de compétence et les comportements pro-sociaux qui sont durables (Wallace et Shapiro, 2006). De plus, elle provoque une tendance à vouloir rendre ces moments permanents en refusant quʼils cessent, ce qui génère de lʼanxiété, de la frustration, la colère et la jalousie (Dambrun, Ricard, 2011), ainsi que lʼinsatisfaction quand les choses provoquant le plaisir ne surviennent pas ou se répètent trop et deviennent donc routinières. La quête exige alors un nouvel objet de convoitise et ainsi de suite. Ces travaux sont confirmés par Mauss, Tamir, Anderson et Savino (2011a). Lʼétude de Brickman (1978) montrait que les gagnants à la loterie reviennent à leur niveau de bien être dʼavant leur gain relativement rapidement après leur victoire. Pour Seligman, la notion de bonheur pourrait se résumer en une sensation durable de « plaisir chargé de sens » : la satisfaction des individus par rapport à leur vie est faiblement liée à la quantité de plaisir vécu au jour le jour, mais plutôt corrélée à lʼimplication de la personne dans des actions qui ont du sens pour elle. Pour Easterlin (2001), les situations qui provoquent le plus de bien être sont les actions partagées avec dʼautres personnes, celles où on se sent progresser, ou qui ont du sens. Selon Csikszentmihaly, « faire du shopping ou regarder un bon film apporte un plaisir temporaire mais pas de bonheur durable, contrairement aux situations qui permettent de développer des compétences (progresser au piano, faire de la danse, jouer aux échecs, …) ». Plus un individu sʼengage dans une action, plus il progresse, plus il est satisfait. Pour Deci et Ryan (1985), cela participe du sentiment dʼaccomplissement personnel, de réalisation de soi et de valeur personnelle : relever des défis, sʼouvrir à la nouveauté, se sentir utile, sentir sa compétence, la sensation dʼautonomie, se sentir à lʼorigine de ses choix, faire des choses cohérentes avec nos valeurs, se sentir proche dʼautrui. Ces mêmes variables permettraient une meilleure satisfaction (et productivité) au travail et une augmentation de lʼintérêt pour lʼécole (Laguardia et Ryan, 2000).

    Lʼargent contribue au bonheur à partir du moment où il permet une vie supérieure au niveau de pauvreté (Diener et al, 1993). Ce qui compte est de subvenir aux besoins primaires. Dans un contexte de pauvreté, la variable la plus importante au bien être serait la qualité des relations (Biswas et al, 2004). Les personnes les plus riches subissant lʼhabituation à la possession matérielle, et lʼinsatisfaction permanente due à la comparaison sociale, elles nʼont pas de mieux être accru. La consommation matérielle est un processus passif et non un engagement actif dans le développement de défis et de compétences. Le matérialisme serait, de même, opposé à la gratitude, donc aux émotions positives dans le rapport à autrui (Emmons, 2008). « A lʼâge de 21 ans, un adulte ayant lʼhabitude de regarder la télévision, aura pu voir environ un million de publicités, ceci générant un sentiment de frustration et de manque. Dans une étude, il était demandé à des hommes de regarder un certain nombre de photos de femmes séduisantes. Ceux qui devaient regarder davantage de photos trouvaient ensuite leur femme moins attractive et se disaient moins satisfaits de leur relation que les autres hommes. Lʼeffet des publicités expliquerait en partie pourquoi le bien être général nʼaugmente pas dans les pays industrialisés – où les tendances matérialistes sont prégnantes – malgré la croissance des revenus » (Shankland, 2012). Une étude de Smith (1996) sur la comparaison sociale apporte des résultats intéressants : les auteurs ont demandé aux participants divisés en deux groupes de compléter soit des phrases commençant par « jʼaimerais être … » soit des phrases commençant par « je suis content de ne pas être … ». Le niveau de satisfaction par rapport à la vie augmenta clairement pour le second groupe. Les personnes les plus habituées à la gratitude font moins de comparaison sociale que les autres car elles ressentent une satisfaction de leur vie. Elles ont, de même, une plus faible tendance au matérialisme. Envie et gratitude sont donc incompatibles (Emmons et Mishra, 2011, Lambert et al, 2009).

    Les études sur les jumeaux homozygotes et hétérozygotes montrent que 50% du niveau de base du bonheur seraient génétiquement déterminés,
  • 10% seraient liés aux conditions de vie (richesse, …),
  • 40% seraient reliés aux processus sur lesquels nous pouvons agir (Diener, 2002).
  • Déjà en 1958, Cooper et Zubeck avaient démontré lʼinfluence de lʼenvironnement dans le soit disant « tout génétique » : des rats issus de deux lignées (lʼune présentant de fortes capacités dʼapprentissage, lʼautre de faibles), ont été placés dans des environnements riches ou pauvres en stimulations. Après un certain temps, on constate que la différence selon la lignée disparaît au profit dʼune différence uniquement expliquée par le contexte : les rats ayant une bonne capacité dʼapprentissage placés dans un environnement pauvre en stimulations apprennent mal. Par contre, les rats, quelle que soit leur lignée, placés dans un environnement riche en stimulations, apprennent bien. Le contexte compense donc la génétique.


    Les exercices classiques de la thérapie en Psychologie Positive


    Les études consacrées à la Psychologie Positive nous poussent à orienter les exercices de psychothérapie vers :
  • la construction de relations sociales épanouissantes, lʼintérêt pour lʼautre et pour sa vie,
  • lʼaffirmation de soi,
  • la gratitude et les comportements prosociaux,
  • la gestion émotionnelle et lʼapprentissage des alternatives de pensée (Beck),
  • le rééquilibrage du filtrage négativiste du cerveau par des exercices de notation du positif au quotidien : au quotidien, il faut 3 émotions positives pour compenser une émotion négative (Fredrickson, Losada, 2004). Dans les couples, il faut 5 à 6 interactions positives pour compenser une interaction négative (Gottman, 1994),
  • les stratégies actives de résolution de problèmes plutôt que lʼévitement,
  • la recherche du développement de compétences, de sens dans les actions, de réalisation de soi, de valeur de soi,
  • le développement de lʼestime de soi, non pas par les félicitations systématiques même pour ce qui ne le mérite pas, mais principalement axé vers lʼengagement dans les actions plutôt que douter de soi.

  • Il y a, à ce jour, plus de 120 études sur Psychologie Positive et bien être : les personnes qui pratiquent des exercices arrivent à augmenter leur niveau de bien être. Dans une étude portant sur 577 personnes souffrant dʼun état dépressif, Seligman, Steen, Park et Peterson (2005), ont montré que les exercices de repérage des 3 évènements positifs dans la journée et le fait dʼutiliser des compétences au quotidien avaient une très forte utilité. La verbalisation de la gratitude montre aussi de bons résultats.
    50 études ont été réalisées sur Psychologie Positive et dépression, avec moins dʼarrêt en cours de route que dans les Thérapies Comportementales et Cognitives centrées sur la restructuration cognitive (alternatives de pensée de Beck).
    La Psychologie Positive serait, de même, très efficace pour éviter les rechutes dépressives (Fava, 1998). La thérapie est centrée sur le moment présent et non sur le passé, sur des compétences de longue date que le patient met en place au quotidien dans des objectifs précis. Les objectifs à mettre en place sont plus importants que la réduction des symptômes telle que le conçoivent les TCC. Selon Wright et Lopez (2002), la Psychologie Positive sʼappuie sur les compétences déjà existantes pour les utiliser encore davantage, se fixer des objectifs et croire en la possibilité dʼatteindre des buts.

    Une autre technique consiste à stimuler des interprétations positives concernant la fin dʼun événement en inventant la fin de phrases proposées par le thérapeute : « Le jeune garçon entra dans une maison quand dʼun seul coup … ». Le patient sʼexerce à compléter lʼhistoire de manière positive. Cette pratique le mène progressivement à réfléchir de manière positive.

    Références


  • Rebecca Shankland : La psychologie positive. Editions Dunod, Topos +, 2012. 2ème édition, Dunod, 2014.

  • Cerveau & Psycho n°37, pages 39 à 64

  • mai 2014


    La psychologie positive