Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Cyclothymie : pont entre personnalité labile et dépression intermittente

1/01/2008
Auteur : Dr Hantouche

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Cyclothymie

une approche spécifique du diagnostic du tempérament cyclothymique est nécessaire. C’est ce qu’on retrouve dans les travaux récents avec le TEMPS-A (ou les auto-questionnaires des tempéraments affecti
RDC = Research Diagnostic Criteria (critères diagnostiques pour la recherche)

Hypothèses


Il est incertain que la cyclothymie soit une caractéristique de la partie "typique" (hard) du spectre bipolaire (selon Kurt Schneider) ou une variante atténuée (bipolaire type II et dépressions récurrentes). Cette dernière supposition est en ligne avec la vision de Falret au sujet des formes mélancoliques de la folie circulaire.

Dans un travail récent, Van Valkenburg (JAD 2006), a montré une relation entre la cyclothymie et la personnalité "labile" (spectre de la folie circulaire).
Les données sont en défaveur de Schneider (pour qui la cyclothymie est synonyme de psychose maniaco-dépresive) et plutôt en faveur d’une conception de trouble distinct, d’une forme particulière de bipolarité proche de la définition de Falret en 1852 (qui parlait de Folie Circulaire, une forme cyclique mais sans intervalles libres). Cette circularité et non retour à l’euthymie correspondent-ils à la personnalité "labile" ou mieux selon ma conception, au tempérament cyclothymique ?

Pour tester cette hypothèse, 843 patients vus en consultation ont été interviewés avec le SADS sans aucune règle d’exclusion hiérarchique. La population a été par la suite divisée en 2 sous-groupes : avec cyclothymie (n = 163) et sans cyclothymie (n = 630).
Les analyses discriminantes ont montré une association significative de la cyclothymie avec les troubles (encadré). Malgré la largesse de la définition de la cyclothymie selon les RDC, elle s’est révélée essentiellement liée à la partie "soft" de la bipolarité où dominent les dépressions intermittentes, la personnalité labile et le trouble BP-II. Des données qui confortent les conceptions de Kretchmer et de Falret.
Dans ce sens, la cyclothymie est un pont entre la personnalité labile et les dépressions intermittentes (une forme BP bien distincte du BP-I).

Troubles RDC associés à la Cyclothymie


- Personnalité labile : F = 234,5 - p <0,001
- Trouble BP-II : F = 118,8 - p<0,001
- Dépression intermittente = 57,8 - p<0,001
- Dépression secondaire = 8,0 - p = 0,005
- Schizomanie = 32,1 - <0,001

Ni continuité, ni rupture


La cyclothymie est un tempérament et pas un trouble, donc pas besoin de la comparer avec les autres troubles bipolaire.
L’important est de pouvoir distinguer les épisodes thymiques (manie, hypomanie, dépression) et le tempérament de base (constitution fondamentale du sujet).
La cyclothymie est un tempérament complexe qui apparaît dans toutes les études récentes corrélés avec les autres tempéraments, dépressif, anxieux et irritable (tempérament composite instable), sauf avec le tempérament hyperthymique (stable).
Ainsi on peut comprendre les interactions qui existent entre les épisodes et le tempérament.

Par exemple, lʼinteraction du tempérament cyclothymique avec les épisodes génère :
  • dans BP-I, plus de Cycles Rapides et des Manies Mixtes

  • dans BP-II, plus de dépressions atypiques, complexes, mixtes, instables et comorbides

  • Séparation entre tempérament et épisode


    Elle permet de lever pas mal de confusion au sujet de la place nosologique de la cyclothymie.
    Parmi les autres tempéraments, la cyclothymie est le plus à risque de développer une bipolarité. Cette possibilité explique l’hypothèse de la continuité entre cyclothymie et bipolarité, mais la cyclothymie reste différente de la bipolarité classique.
    Nous verrons plus loin les données des études ayant exploré au sein de la population générale les liens entre les tempéraments et l’incidence des troubles psychiatriques. C’est en fait dans ce genre d’études qu’on peut explorer le rôle pathogène ou protecteur des tempéraments affectifs.

    Les interactions entre tempéraments et épisodes thymiques sont probablement l’ultime indice de la bipolarité. Comme le montre la figure qui suit, les tempéraments influencent l’âge de début des épisodes dépressifs. Comme le sujet garde son tempérament au cours de l’épisode, le tableau clinique sera également teinté par la nature du tempérament :
  • Tempérament dépressif + Dépression = Double Dépression chronique (avec rareté des épisodes hypomaniaques spontanés, plutôt sporadiques ou survenant sous l’effet des antidépresseurs

  • Tempérament hyperthymique + Dépression = Dépression plus tardive (entre 40 et 50 ans), agitée et mixte (souvent masculine)

  • Tempérament cyclothymique + Dépression = Dépression plus précoce (avant 20 ans), mixte, instable, anxieuse et complexe (comorbide)


  • En d’autres termes, la classification des troubles de l’humeur (DSM-IV, CIM-10) basée sur la polarité des épisodes est nécessaire mais insuffisante.

    En se basant sur les épisodes, on adopte à tort l’hypothèse de continuum et la cyclothymie sera définie de manière artificielle et incomplète. D’où l’importance de tenir compte des "tempéraments de base" et de la marche dynamique de la maladie.
    Je suis convaincu qu’il est quasi impossible de comprendre la phénoménologie des épisodes thymiques sans évaluer les tempéraments affectifs de base.
    Kraepelin insistait lourdement sur ce point en désignant les tempéraments par des prédispositions fondamentales à la psychose maniaco-dépressive.
    Probablement, c’est là où réside toute la spécificité de la cyclothymie. C’est l’interaction entre le tempérament et les épisodes qui est au coeur de ce trouble.

    Dans une optique de recherche et d’approche clinique, une approche spécifique du diagnostic du tempérament cyclothymique est nécessaire. C’est ce qu’on retrouve dans les travaux récents avec le TEMPS-A (ou les auto-questionnaires des tempéraments affectifs).

    Retrouvez notre définition de la cyclothymie.