Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

19 : Ecrire, çà me déprime

1/01/2008

Témoignages > Bipolarité > La vie bipolaire de Melle M


Mardi 5 avril 2005

09h30




J’ai l’impression d’avoir assez de recul par rapport â la maladie et d’avoir glané assez d’informations pour me permettre de faire une rétrospective plutôt objective.

Je pensais que tout c’était déclenché le jour où j’ai eu des crises d’angoisse violentes, hallucinations, TOC suicidaires qui auraient pu l’emporter si quelqu’un ne m’avait pas retenue â la dernière seconde quand un métro est arrivé. J’en ai fait une référence comme le début de tout car c’était hautement impressionnant pour moi et mon entourage.

Mais je me rends compte que tout a commencé bien avant, avec des phases de véritables dépressions sur plusieurs mois, de l’hypomanie sur quelques semaines, comportements â risques... toute la panoplie en somme ; je ne vais pas rentrer dans le détail, ça me pompe l’air de raconter en détail quelque chose que je connais par coeur puisque c’est ma vie, â part quand c’est â l’oral.



C’est une sacrée prise de conscience tout ceci, non pas parce que ça influence ma vie d’aujourd’hui mais tout bonnement parce que c’est surprenant de regarder le passé avec des yeux affûtés, comme si en quelque sorte j’avais complètement occulté tout ceci, oublié, fait l’impasse sur des épisodes pourtant marquants et très révélateurs.

Je pense honnêtement que j’étais déjâ mixte â l’époque et non pas TB-II ou tout du moins entre les deux.



Quelqu’un vient d’écrire sur le forum que les mixtes â part entière n’existent pas, la preuve en est dans la typologie (TB-1, TB-2, TB-3 etc?). Je suis dans une rage folle !!! Je le vis au quotidien et bien que mes phases suivent le diagramme d’un BP II (surtout dépression et un peu d’hypomanie), même si c’est de moins en moins, ça va de soi puisque je me soigne, je sais tout de même sous quelle forme je suis malade et je suis suffisamment informée pour ne pas m’auto diagnostiquer selon mes désirs !!! Ca me démange de lui répondre que dans ce cas, vous et le Docteur Pérol êtes dangereux et cons â un tel degré !!! Bien sûr, je ne ferai pas, ça n’aurait strictement aucune utilité et contrairement â d’autres sur ce forum, je n’apprécie pas de mêler vos noms â des messages car nous n’écrivons pas en vos noms mais partageons des informations que vous nous expliquez avec générosité contrairement â d’autres neuropsychiatres qui se gardent bien d’éduquer les patients, y compris ceux qui font l’effort de ne pas subir leurs interventions sans demander une explication claire.

Eduquer les patients sur leur pathologie fait partie intégrante du chemin vers la guérison car cela rentre dans la démarche personnelle de s’aider soi-même en développant de meilleurs comportements et pensées dans tous les domaines de leur vie. Sans compter que pour éviter un arrêt des médicaments, connaître leur façon d’agir aide â se rendre compte qu’ils sont indispensables pour aller mieux malgré les familles de médicaments comme le lithium qui mettent des mois â avoir un effet complet et durable, ce qui aide aussi â avoir de la patience par rapport leur temps d’agissement.



Ceci me renvoie au fait que j’avais refusé catégoriquement le Prozac quand vous proposiez de l’introduire et qu’une fois renseignée j’en suis revenue â la curiosité pour que vous m’expliquiez enfin le pourquoi du comment et la compatibilité avec le traitement. Il est trop tôt pour se prononcer sur son efficacité, cependant, c’est encore une très belle preuve de travail d’équipe quoiqu’il advienne dans le sens où s’il n’agit pas comme on l’escompte, il n’y aura pas de regret et chacun aura fait le maximum dans sa réflexion, vous pour l’idée, moi pour l’interrogation justifiée, et ensemble pour décider. Enfin, c’est ainsi que je l’ai perçu et rien que de l’écrire, des frissons et de l’émotion me viennent car en ayant la tête hors de l’eau â présent, je me sens impliquée et active dans cette collaboration â laquelle vous avez déjâ fait référence.



Finalement, quand je pense â tout ceci, je veux dire parle lâ que j’y pense intérieurement, ça n’a pas beaucoup d’impact sur mon humeur ; mais â chaque fois que je me mets â écrire, ça me fout le moral â zéro. Ca me déprime ; comme une légère dépression, tout retombe y compris le peu d’énergie que j’ai, et je finis par m’ennuyer d’avantage, me sentir vide, TSSSSS !



Je devrais vraiment éviter d’écrire, c’est une thérapie complètement â l’envers et ce n’est pas la première fois que je constate cet effet, bien au contraire, ça arrive trop souvent.



Sinon, libido toujours â zéro, ça ne gène pas du tout Y. qui n’est pas un grand consommateur, loin de lâ mais tout de même, retrouver un peu de libido ça ne serait pas déplaisant du tout, ça fait tout de même partie des joies de la vie il me semble, comme être en mesure d’apprécier un met de choix et ne pas passer â côté parce que tout est insipide ou inhibé ou bridé.



Il faut que j’arrête d’écrire parce que ça m’enfonce.