Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Failles psychologiques chez les cyclothymiques

1/01/2009

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Cyclothymie

La cyclothymie comporte des dimensions pathologiques qui opèrent comme des ˮcascadesˮ émotionnelles qui deviennent pathologiques.

Dimension et faille psychologique


Ces dimensions constituent les ˮfaillesˮ dans la vie émotionnelle et relationnelle de la personne. En effet, l’hypersensibilité, la sensorialité excessive, l’hyperréactivité, l’intensité affective, l’instabilité et l’impulsivité constituent les dimensions basiques de la cyclothymie. Ces dimensions sont profondément ancrées dans la personnalité et se manifestent de manière constante et de manière particulière dans les situations de stress, de menace, de frustration, de joie extrême, de conflit avec les autres.

Ces dimensions sont donc sous-jacentes aux failles ; celles-ci sont en fait la résultante des dimensions de la cyclothymie. On peut voir ces ˮfaillesˮ comme des réactions psychologiques légitimes pour gérer la cyclothymie.

Mais en réalité, ces réactions de défense deviennent à leur tour de véritables problèmes.



Ce qui est visible, donc, ce sont les "failles" et non les dimensions qu’il convient de connaître et de cibler avec des traitements chimiques spécifiques (thymorégulateurs). Comme la cyclothymie débute à un âge précoce, les failles relatives à la cyclothymie le sont également. Elles deviennent progressivement une partie intégrante de la personnalité et sont donc difficiles à réduire avec les médicaments seulement. C’est comme si la personnalité a pris les "mauvais plis", les habitudes émotionnelles. Et tout le monde sait combien il est difficile de changer une habitude. D’où l’intérêt de l’approche aidant la personne à identifier les failles psychologiques de la cyclothymie et tenter de réduire ou assouplir les habitudes émotionnelles induites par la cyclothymie.

Exemples


Le contrôle


ˮBien évidemment je cherche à tout contrôler. Dans la pratique c’est souvent un échec car pour la moindre option, je me retrouve dans l’indécision la plus totale. Si je n’ai plus ce sentiment de contrôle, je suis malheureux, cerné par le vide à remplir, je me sens très vulnérable."

L’hyper contrôle c’est la pierre angulaire qui servirait à gérer au mieux le trio "dépendance affective, souci de plaire, et peur du rejet", cela se voudrait une parade à la perte de repère engendrée par la maladie, mais cela ne marche pas.



Par contre, cela rigidifie tout. Du coup, les rapports d’amitié et d’amour sont entachés de dépendance affective forte, et en même temps d’évitement de la dépendance, c’est un peu ˮFuis-moi, je te suis. Suis moi, je te fuisˮ.

Le travail sur l’hyper contrôle est intéressant à condition d’avoir, de prime abord, fixé les bases de connaissances sous-jacentes : peur de se révéler, dépendances affectives, séduction et peur du rejet. Je ne teste mes limites que dans le travail, les drogues et les prises de risque. Si je ne pouvais plus tester mes limites je ne parviendrais plus du tout à me situer, j’aurais l’impression de m’endormir, d’être mis à l’écart du monde. Je suis un gros naze qui sort du lot parce que je peux endosser d’autres personnalités. J’aime apprendre, conforter mes acquis, nouer de nouvelles expériences. Par contre je ne teste jamais les limites des autres car je suis toujours dans le besoin de l’autre. Si je teste trop, on m’abandonnera.

La nouveauté


J’ai toujours été attirée par les expériences nouvelles et d’hypomanie, de tension, avec de l’anxiété et un besoin de l’outrepasser. C’est comme si je perdais toute raison, je peux accepter un rendez-vous en pleine nuit, en prenant le taxi, dans une ville inconnue, parce que le mec me l’a demandé sur Internet après 30 minutes de discussion.
La dernière fois, je me suis retrouvée en banlieue à 2 heures du matin, je ne savais même pas où j’étais. En arrivant chez le type, j’ai réalisé et je me suis mise à flipper. Heureusement il ne m’a rien fait.

Cela marche aussi à l’inverse : je peux être très tentée par quelque chose, comme par exemple me lancer enfin dans du théâtre d’improvisation (cela me démange depuis des années) et reculer des mois entiers sans savoir pourquoi, repousser indéfiniment la concrétisation alors que la chose n’est pas dangereuse du tout.

A croire que quand c’est dangereux on fonce, et quand c’est sécurisé on a peur pour rien. Souvent, cette attirance pour la nouveauté teintée d’anxiété s’exprime dans les choix d’études ou de métiers, comme si se jeter pouvait mener à la mort ou une perte totale de repères qu’on n’arriverait pas à gérer (et on pourrait tomber en dépression, peut-être, je ne sais pas).

No futur


ˮJe ne parviens pas suffisamment à m’appuyer sur une projection de ma vie dans l’avenir. J’ai du mal à fixer puis tenir des objectifs personnels sur la durée. Je me laisse vivre, tout en remettant systématiquement en question mon modèle de fonctionnement. Je repousse à plus tard la prise de décision, l’action.

Je n’ai pas peur du futur, pour moi il n’existe pas, je ne parviens pas à lui donner corps excepté sur certains points négatifs, sur le plan financier par exemple. Je fais donc abstraction de lui dans sa globalité. Du coup, je n’ai rien en vue et reste sans emploi aujourd’hui ! Je crois que j’ai tellement de variations d’humeur que c’est impossible de savoir de quoi demain sera fait. Et comme ma confiance en moi est fluctuante (à cause des variations d’humeur), je ne peux maintenir aucun projet puisqu’à quelques jours d’intervalle je ne m’en sens plus du tout capable, comme si toute compétence avait disparu, entraînant l’objectif à la poubelle.ˮ

Test des comportements et phénomènes émotionnels


Avez-vous une tendance excessive ou maladive aux comportements ou phénomènes émotionnels suivants ?"

Répondez en donnant une note devant chaque énoncé suivant les réponses suivantes
0 = pas du tout ;
1 = oui mais c’est minime ;
2 = oui de façon modérée ;
3 = oui de façon intense

- J’ai une peur terrible du rejet ....

- Je suis dans un état de dépendance affective ....

- Je suis très jaloux (-se) ....

- J’ai un souci extrême de plaire aux autres ....

- Je suis hypersensible à la critique ....

- J’ai besoin excessif de compliments ....

- J’ai un grand sentiment d’injustice ....

- Je suis dans l’hyper-contrôle .....

- J’ai besoin de tester les limites ....

- Je suis attiré (e) par la nouveauté et en même temps j’évite les dangers ....

- J’ai du mal à me projeter dans le futur ....

- J’ai des gestes compulsifs ou répétitifs ....

Quʼest-ce qui est pathologique dans ces failles ?


  • En premier, le fait qu’elles constituent dans la vie psychique du cyclothymique des scénarios fixes et prévisibles.

  • En second, l’intensité des réactions et l’aspect répétitif / cyclique, car elles sont intimement liées aux oscillations de la cyclothymie.

  • En troisième lieu, c’est le cumul des failles et les interactions qui s’opèrent entre elles.


  • Ainsi on comprend pourquoi ces réactions deviennent une fragilité ou une vraie faille dans la vie psychique et relationnelle des cyclothymiques.

    Les failles psychologiques de la Cyclothymie sont traitées en détails dans l’ouvrage paru chez Odile Jacob en 2009 par Hantouche et Trybou : ˮSoigner Sa Cyclothymieˮ.

    avril 2013