Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Que fait la TCC du TOC dans le cerveau ?

1/01/2008

Anxiété / TOC > Techniques pour lutter contre les TOC

La TCC a-t-elle un effet sur le fonctionnement du cerveau des TOC ? Posté par Anne-Hélène CLAIR
La TCC (ou thérapie cognitive et comportementale) est une technique qui a prouvé son efficacité dans le traitement du Trouble Obsessionnel Compulsif. La TCC est en moyenne composée d’une quinzaine de séances d’une heure chacune. Bien sûr, il ne se passe pas toujours la même chose lors de ces séances : les premières séances sont habituellement consacrées à l’évaluation du patient, mais aussi aux explications du fonctionnement du TOC, de ses failles et du déroulement de la thérapie ; la suite se compose d’exercices réalisés par le patient et guidés par le thérapeute.

On sait aussi depuis plusieurs années que le TOC est associé à des dysfonctionnements cérébraux, et plus particulièrement une hyperactivité des boucles reliant certaines zones corticales (cingulaire antérieur, orbitofrontal, préfrontal dorsolatéral) aux structures sous-corticales (notamment le noyau caudé). C’est en partie grâce aux techniques de neuroimagerie fonctionnelles (IRMf), et aux tests qu’ont réalisé les patients dans les scanners, que l’on a pu mettre en évidence ces anomalies.

Et l’on se pose alors la question : la TCC a t elle un effet sur le fonctionnement du cerveau des TOC ? permet-elle un ˮretour à la normaleˮ du fonctionnement cérébral ?

Ces questions ont été déjà posées il y a quelques dizaines d’années concernant un autre type de thérapeutique : les médicaments efficaces dans le TOC (agissant sur la sérotonine ou la dopamine). Et il semblerait que ces médicaments permettent de nettement diminuer les anomalies cérébrales observées avant le traitement et la diminution des symptômes. Plus tard, dans les années 90, plusieurs études ayant recueilli l’activité cérébrale des TOC avant et après traitement par TCC ont montré une réduction de l’hyperactivité corticale et du noyau caudé (Baxter, 1992). Il semblerait donc que la TCC, comme les thérapeutiques médicamenteuses, permettent une "normalisation" du fonctionnement cérébral chez les personnes atteintes de TOC.

En Octobre 2008, une étude publie des résultats très intéressants, montrant que la TCC a bien un effet sur le fonctionnement du cerveau des TOC, mais que cet effet est bien plus précoce qu’on ne le pense Il fallait y penser : la TCC modifie "l’emballement" du cerveau des TOC, mais quand ? est ce que cette modification cérébrale correspond au moment où le patient perçoit un changement de sévérité ? ou peut être que cette modification met beaucoup plus / moins longtemps que ça

Pour répondre à cette question, Schiepek et collaborateurs (2008) ont suivi une patiente atteinte de TOC et ont évalué l’activité de son cerveau (en IRMf) â trois moments : avant, après 3 semaines, et en fin de TCC. Au début, la patiente avait bien une activité cérébrale plus importante dans les zones communément associées aux TOC, puis cette hyperactivité a nettement diminuée au bout de 3 semaines de thérapie. Cette étude a montré qu’il n’y avait pas de différence importante entre l’activité cérébrale observée au bout de 3 semaines et à la fin de la TCC. Il faut tout de même préciser que le second IRM (après 3 semaines de TCC) a été fait au moment où la patiente et le thérapeute commençaient juste à percevoir une première diminution des symptômes.

Autrement dit, l’activité cérébrale tendrait à revenir à la normale dès les premiers signes d’amélioration du TOC, le reste de la thérapie ayant probablement un effet de maintien (éviter les rechutes) de cette activité.

Il faut tout de même rester prudent sur ce résultat princeps, obtenu à partir d’une seule patiente, qui de plus présentait un TOC très peu sévère.

Les résultats de cette étude sont tout de même très encourageants et nous engagent vers d’autres recherches similaires. Nous pouvons espérer qu’elles apportent une meilleure compréhension de l’effet de la TCC sur la biologie du TOC pour pouvoir améliorer les techniques mais aussi comprendre comment fonctionne le "désamorçage" du TOC.

Références :

  • Baxter Jr LR, Schwartz JM, Bergman KS & al. 1992. Caudate glucose metabolic rate changes with both drug and behavior therapy for obsessive-compulsive disorder. Arch gen Psychiatry 49 :681-689.
  • Schiepek G, Tominschek I, Karch S & al. 2008. A controlled single case study with repeated fMRI measurements during the treatment of a patient with obsessive-compulsive disorder : testing the nonlinear dynamics approach to psychotherapy. World Journal of Biological Psychiatry.