Association CTAH-Recherche

Cas cliniques

Catégories

Diagnostics difficiles

Etude de cas

Traitement / prise en charge

Sous-catégories

Documents

Amour et météo des humeurs

5/12/2011

Cas cliniques > Etude de cas

Selon la nature du changement d’humeur, le comportement de Marissa et sa manière de réagir aux événements externes vont changer, donc inévitablement lʼinteraction avec son amoureux.
décembre 2011

Selon la nature du changement d’humeur, le comportement de Marissa et sa manière de réagir aux événements externes vont changer, donc inévitablement lʼinteraction avec son amoureux.


Pour ce qui est de lʼinfluence de lʼhumeur sur la relation amoureuse dans son ensemble, elle est surtout liée dans son cas, au degré de sécurité affective procuré par la relation, mais également par le niveau de ré-assurance dont elle a besoin, qui est lui tributaire de l’humeur du moment. La problématique se situe donc surtout à ce niveau-là. « Si je veux vivre une relation épanouie et paisible, je dois me sentir en sécurité, ce qui est l’équivalent pour moi de savoir EXACTEMENT ce quʼil en est. La transparence est vitale, même si je nʼai pas nécessairement envie dʼentendre ce que le monsieur raconte (car malgré tout je lʼenregistre quelque part). Il doit être sincère et communicatif, sinon mon imagination se substitue a son silence, et même Spielberg pourrait aller se rhabiller face aux scénarios que je mets en place ».


Examinons 3 types de relations que Marissa, 32 ans, a vécu, telles qu’elles les expriment en ayant intégré le processus thérapeutique.


Monsieur mʼaime et dit mʼaimer


Eh bien, ce n’est pas assez ! Il va devoir le prouver ! Et la il y aura alternance entre des périodes de sérénité (sur une humeur stable ou bonne de ma part) et des périodes dʼinsécurité (sur une humeur noire). Dans ce dernier cas, le moindre geste de sa part peut être interprété de travers et mener à des disputes incessantes. A ce moment-là, j’oublie complètement que c’est l’homme qui m’aime. Évidemment à terme, cela ne peut quʼéloigner la personne. Quand je suis dans cet état d’insécurité, le silence est la pire des attitudes qu’il peut avoir.


Pour réussir ce cap délicat, je me force à me modérer par moinerie pour ne pas submerger le monsieur. Car au tout début dʼune relation, ces messieurs sʼeffraient dʼun rien :)


Lorsque la relation est bien partie et que je suis à peu près rassurée sur ses sentiments, le pauvre bougre passe au deuxième plan ; comme je mʼhabitue à lʼavoir dans les parages, je ne suis plus dans une quête incessante dʼapprobation. A ce stade, mes humeurs importeront plus que les siennes, et le quotidien et les relations sexuelles vont plutôt dépendre de cela. Sʼil montre un quelconque signe de désintérêt, rejet, etc., cette dynamique peut en revanche rapidement sʼinverser et on reviendra au premier stade, ou je cours après lʼassurance de son intérêt et de son amour.


Si je suis d’humeur euphorique, gaie, chaleureuse, le monsieur va avoir tout intérêt à se montrer lui aussi gai et chaleureux. Sinon il risque de ʼcasserʼ ma belle humeur et de me décevoir car dans un état ou je déborde dʼamour, je mʼattends à voir la pareille chez mon amoureux. Pour peu quʼil soit fatigué, la tête ailleurs, nonchalant, il va déclencher un sentiment de rejet qui va faire basculer mon humeur vers la colère, lʼirritabilité, la froideur...Ca peut aller dʼune petite ʼgueuleʼ a un ʼdownʼ pur et simple.


Par exemple: je rentre euphorique du travail, surexcitée a lʼidée de le revoir et projetant LA soirée parfaite. A mon arrivée, monsieur est froid, il a eu une journée difficile etc. Deux possibilités se présentent :

  • Il est fatigué et en petite forme mais gentil i.e doux, expressif, affectueux. Ma belle humeur va se muer en gentillesse, compassion, séance de chouchoutage. Cʼest mon chéri, je suis aux petits soins
  • Il matérialise sa journée difficile par un ton maussade ou froid. Il répond du bout des lèvres. C’est à ce moment que l’alerte DANGER se déclence. La sensation de rejet amoureux déclenche la spirale négative dont lʼamplitude variera selon les situations.
  • De manière plus générale, dans une relation installée, jʼassocierai les relations sexuelles épanouies au moment de bonne humeur ou au minimum dʼhumeur neutre. Il est rare que dʼune humeur noire je puisse arriver à une relation sexuelle épanouie. Au mieux, je vais en avoir une pour faire plaisir a lʼautre et plutôt faire semblant. Cela dit, il y a parfois des retournements positifs de situations car finalement, j’entre authentiquement dans le jeu sexuel. On va dire que sur une humeur maussade, lʼacte sera déclenché par monsieur exclusivement.


    Si le désir sexuel est quelque chose de plus stable chez quelquʼun non sujet au changement dʼhumeur, pour moi, il ne l’est pas. Il y aura donc inévitablement des périodes où son désir se heurtera à une certaine froideur de ma part, ce qui peut le déstabiliser, ou lʼinciter à plus de retenue en termes de manifestations affectueuses ou amoureuses. Ma pire crainte, notamment quand ma libido est inexistante et que cela se prolonge dans le temps, est de le voir reconsidérer notre relation (en me quittant ou en me trompant) ; ce qui peut me pousser à simuler, pour pallier à mon manque de désir.


    Dans le cas contraire, monsieur est de bonne humeur, cela peut mener à une superbe soirée, avec relations sexuelles sulfureuses


    Dans un autre cas encore, si je suis un peu lasse du monsieur, ma belle humeur et mon désir sexuel auront envie de sʼexercer sur quelquʼun dʼautre. Une nouvelle conquête étant toujours plus mystérieuse et excitante, mais je ne suis jamais passer à lʼacte. Je ne trompe pas parce que je sais que cʼest un leurre et que ce nʼest pas la conquête mystérieuse que je veux dans ma vie, mais bien le gentil monsieur que je snobe.


    Monsieur ne mʼaime pas et le dit

    Eh bien, il est vital pour moi de lui faire changer d’avis. Je mets donc en place un arsenal de stratégies : je vais faire tout ce que je crois nécessaire pour être aimée, Je peux le couvrir de cadeaux, accepter l’inacceptable, le coller, l’aduler. Dans ce cas, la personnalité du monsieur joue énormément, selon que ce soit un gentil garçon qui aime être adule ou un psychopathe sadique en liberté dans la nature. Il va sʼen dire quʼavec ce dernier, le jeu est plus dangereux...La sexualité dans ce schéma-là est rarement liée au désir. Elle se transforme en une arme de séduction. C’est un outil que je trouve à ma disposition et que je vais exclusivement orienter à faire plaisir à lʼautre. Là, j’entre dans ce que j’appelle une sexualité ʼcompétitiveʼ, avec dans lʼidée fixe de prouver que je suis ʼbonneʼ . Je dois être le meilleur coup dans lʼabsolu mais aussi meilleure que toutes les ex qu’il ait pu avoir dans le passé.


    Bien sûr, il peut aussi y avoir des rapports sexuels normaux, basés sur un désir mutuel, mais je suis beaucoup plus conciliante quand je cherche à me faire aimer quʼavec le pauvre bougre qui mʼa déjà déclaré son amour. Là où ce dernier se verra renvoyer au lit avec un bouquin à lire, le premier bénéficiera quand même de mes faveurs, et peut être pas uniquement dʼune simulation palliative, je ferais plus dʼeffort pour lui faire plaisir.


    Ce type de relation nʼaboutissant pas à un amour mutuel, elles ont une fin plus ou moins rapide. La vérité que je cherche à ne pas regarder en face, ʼil ne mʼaime pas maintenant et ne mʼaimera pas plus demainʼ, finit par sʼimposer. La rupture sera alors suivie dʼune chouette dépression !


    Dans le cadre de relations dʼun soir, ou purement charnelles


    Elles ne peuvent avoir lieu que si mon humeur est bonne voire « Up ». Sinon je ne serais pas entrain de siroter un mojito en décolleté dans un bar mais entrain de manger une pizza en survêtement devant la télé.


    Elles ne sont pas nécessairement planifiées à lʼavance. C’est souvent l’envie de rencontrer quelqu’un qui me prend. Lʼalcool est un facteur aggravant pouvant faire passer qui me fait basculer dʼun ‘mieux vaut ne pas coucher avec lui tout de suiteʼ à ʼon rentre chez toi ou chez moi?ʼ. Je me laisse facilement prendre à lʼexcitation du moment. Le lendemain, je peux avoir des regrets comme ne pas en avoir. Les regrets pouvant porter sur le thème de ʼje suis une fille facileʼ notamment si une de mes amis me fait une réflexion, à ʼJʼai foiré la relation en cédant trop viteʼ. Mais il peut très bien nʼy avoir aucun regret mais plutôt une grande joie, surtout si le dit coup était bon, car je n’ai jamais de regrets pour les bons coups.


    Pour les relations charnelles suivies, le risque principal est de finir dans une situation ambiguë, entre amour et sexe. Si je mʼen tiens à une relation purement sexuelle, il nʼy aura aucun souci. Si je mʼamourache de lui ou décide quʼil doit mʼaimer, alors ça vire en eau de boudin. A ce moment-là, on peut observer des contradictions du type ʼ je suis une femme libérée qui assume sa sexualitéʼ suivi dʼun ʼ je suis un être indigne dʼamour, que les hommes nʼutilisent que pour le sexeʼ. Et la ça ne pressage rien de bon pour la suite...


    janvier 2012