Association CTAH-Recherche

Cas cliniques

Catégories

Diagnostics difficiles

Etude de cas

Traitement / prise en charge

Sous-catégories

Documents

Chloé va apprendre à gérer sa colère

1/01/2008

Cas cliniques > Diagnostics difficiles

Chloé est une charmante petite fille de 8 ans et demi (en CE2) toute timide arrive en consultation.
Benjamine d’une fratrie de 3, elle rêve de devenir urgentiste. Elle est suivie pour trouble bipolaire juvénile et elle est considérée comme plutôt stabilisée. Le seul comportement rebelle demeure la colère. Elle présente toujours des crises de colères qui peuvent durer des heures. Pour les parents, leur enfant, à ce moment-là, est hors de contrôle. Pour Chloé, elle se métamorphose en un petit démon.

Chloé va apprendre à gérer sa colère

Chloé prend conscience de sa colère et se l’approprie. Pour une gestion efficace, c’est une étape primordiale. Une partie cruciale de ce processus est son habilité à la nommer, se l’approprier et surtout apprendre â reconnaître ses signes. Plus tôt elle la reconnaît, meilleurs seraient les choix qu’elle effectuerait : meilleur aussi, serait la canalisation de ce ressenti intense. Elle apprend par la suite à changer sa réponse comportementale.

Les exercices en thérapie sont ainsi destinés à l’exploration et la compréhension de son mode opératoire personnel. Chloé apprendrait ainsi à gérer sa réponse à la colère.

Chloé développe sa définition personnelle de la colère
"La colère est méchante, elle est très moche, elle me surprend, je deviens un petit démon, je casse tout, je suis dans tous mes états, un volcan explose dans ma tête et se propage dans mon corps, mes parents ne peuvent plus me contrôler, je ne peux plus rien entendre, je ne supporte pas que l’on me touche, je vois rouge, j’ai beaucoup d’énergie et personne ne peut m’arrêter". De plus, elle la matérialise à travers un dessin (A scanner)

Chloé change d’étiquette et découvre qu’elle n’est pas méchante, elle est en colère La colère est une émotion complexe que tout le monde expérimente. Elle la confondait avec le comportement violent qu’elle pouvait avoir. Elle dit, à ces moments, être méchante. Or, le travail thérapeutique lui permet de l’identifier comme une émotion et comme toutes les émotions, la colère n’est ni bonne ni mauvaise en soi ! La confusion entre l’émotion et le comportement lié à cette émotion est levée. Elle apprend que c’est un signal émotionnel de quelque chose qui ne tourne pas rond et qui a besoin d’être clarifié. C’est un signal que quelque chose ne me convient pas dans la situation et que je dois faire quelque chose pour le changer.

Chloé découvre la troupe des émotions et elle est invitée à les repérer au quotidien Sur le mood monitoring de Chloé (sur un mois de suivi), n’est présente aucune émotion négative en dehors de la colère (qui différent d’intensité). Quand Chloé a honte, qu’elle est blessée, qu’elle a peur, qu’elle culpabilise, qu’elle est déçue, inquiète, embarrassée, jalouse, en proie " l’ennui, anxieuse, la seule expression émotionnelle qu’elle connaît est la colère.

Chloé matérialise sa colère à travers un dessin.
De plus, elle dessine son corps et localise dans quelles parties elle la ressent.
Ensuite, on les fait "parler" sous forme de questions comme par exemple "Si cette partie de ton corps pouvait parler, qu’est-ce qu’elle aurait envie de dire ?"

L’expression de la colère de Chloé
Elle a ce que l’on appelle une colère explosive. Elle s’exprime dans son corps et notamment dans ce qu?elle fait aux autres (physiquement ou verbalement).
Ses manifestations physiques : "mâchoires serrées, poignées très tendues, doigts et orteils rigidifiés, mon coeur bat très fort comme s’il sortait de ma poitrine", cou tiré vers l’arrière, impression que ma tête va exploser,..."
Ce que la colère la fait faire : crier, hurler, taper, jeter ses chaussures, insulter, me débattre dans tous les sens, perdre le contrôle, frapper
Ce que la colère la fait dire : "tuez-moi, je vous déteste, tapez moi" et une série de grossièretés

Elle apprend à repérer ce qui fait "monter sa colère"

Une panoplie de situations inhérentes à la gestion de la frustration et â l’ennui ainsi que des situations relatives à des sollicitations sensorielles notamment auditives (Elle est très sensible au bruit -TV, cris, brouhaha) sont favorables â la colère :
Quand on me force à faire des choses et que je n’en ai pas envie
Quand je ne peux pas jouer à la Game Boy
Quand je suis en train de perdre au jeu
Quand je ne peux pas faire ce dont j’ai envie (Quand j’ai envie de manger un gâteau et que je ne peux pas)
Quand je ne sais pas ce que j’ai à faire d’une manière précise
Quand je n’ai pas grand chose à faire
Quand je n’arrive pas à faire ce que j’ai à faire
Quand quelque chose me contrarie
Quand j’ai la pression
Quand il y a trop de bruit
Quand on me demande plusieurs choses à la fois


Chloé apprend à faire autrement
Dans l’objectif de changer de mode de réponse :
Dans les situations de frustration, commencer par respirer lentement et profondément. Faire venir l’Inspecteur des émotions pour évaluer la situation et voir ce qui ne va pas, choisir une émotion appropriée et réfléchir à la manière dont on peut résoudre la situation, et ne pas hésiter à faire appel à l’aide des parents qui peuvent avoir de bonnes idées.

dessin dʼun enfant cyclothymique en pleine thérapie de gestion des émotions





source du dessin :
Forum de Bicycle