Association CTAH-Recherche

Cas cliniques

Catégories

Diagnostics difficiles

Etude de cas

Traitement / prise en charge

Sous-catégories

Documents

Planète bipolarité juvénile

1/01/2010
Auteur : Melle Majdalani

Cas cliniques > Diagnostics difficiles

Sur la planète BPJ se déroulent les merveilleuses aventures de super Marco Le bipo - Qui est super Marco ?
Marco est un garçon de 8 ans, présentant un trouble bipolaire juvénile. Comme les autres enfants, il aime s’amuser, jouer avec les copains, nager et faire du sport. Il aime aussi jouer â des jeux vidéo et passer du temps avec la famille. Il a un frère, Bruno, âgé de 15 ans et une s?ur, Amandine, âgée de 6 ans. Il a une vie comme les autres mais il se sent différent des autres. Souvent, il va bien et les jours lui paraissent beaux et parfois drôles. Cependant, il lui arrive de vivre de longs moments très contrariants où il se met en colère pour de petites choses qui prennent â ses yeux des proportions énormes. Alors, il est en colère contre lui-même et peut passer des heures â pleurer dans son coin. Mais comme c’est un super héro, un garçon aimé de ses parents, décrit comme très attachant par son entourage, il trouve toujours des solutions pour s’en sortir. Quand il n’y arrive pas seul, ses parents, ses copains, son médecin, son psychologue ou n’importe qui d’autre, de son monde réel ou imaginaire, l’aide â résoudre ses problèmes et acquérir des pouvoirs dignes d’un héros d’une grande BD ou d’un super jeu vidéo.

Marco apprend qu’il est bipolaire

Un jour, les parents de Marco viennent le voir pour lui annoncer qu’il devait s’habiller vite. Ils devaient l’emmener voir quelqu’un. A la manière dont sa mère lui parlait, Marco comprit que c’était très important ; il était même inquiet, car il savait que quand sa maman fronçait les sourcils et qu’elle parlait vite, ça signifiait que c’était important, d’autant plus, que pour lui annoncer cette visite, elle était accompagnée de son papa. ça voulait dire que c’était très sérieux. Marco avait peur. Il ne savait pas ce qui l’attendait et il voulait juste qu’on le laisse tranquille dans sa chambre. Il n’aime pas quand on ne lui explique pas les choses. Sa maman réalisa alors que Marco avait besoin qu’on lui clarifie la situation. Alors, elle lui dit : ? Tu sais chéri, ton papa et moi avons pensé que tu avais besoin d’aide pour te sentir bien, car tu as certains problèmes qui sont difficiles pour toi et qui te font beaucoup souffrir ?. Marco ne savait pas que ces parents avaient réalisé qu’il avait du mal â se sentir bien. Il avait l’impression, avant ce moment, que personne ne comprenait ce qu’il ressentait. Les paroles réconfortantes de sa maman, l’encouragèrent â rencontrer le Dr Cool, qui aimait bien aider les enfants.
Le docteur des enfants avait l’air gentil. Il annonça â Marco qu’il était bipolaire. ? Ca veut dire que je suis un ours polaire ? ? dit Marco. ? Non ?, répondit le médecin. ? Alors ça veut dire que j’ai une maladie du pôle nord ou du pôle sud ? ? rajouta Marco. Dr Cool sourit, hocha la tête et dit : ? Durant la même journée, tu peux te sentir merveilleusement bien, horriblement en colère, très excité, terriblement triste ou extrêmement irritable. Ca peut t’effrayer parfois et te dérouter. C’est parfois même très difficile pour toi d’être au milieu de tout ça, n’est-ce pas ? ?. Marco n’en revenait pas. ? Oui je ressens tout ça, je me sens très très très ? haut ? et parfois très très très très ? bas ?, c’est un peu comme les montagnes russes ! ?.

Dr Cool : ? Oui c’est ça. Tes émotions peuvent monter jusqu’au bout du monde, â la vitesse de la lumière ?.
Marco : ? Oui, oui c?est ça ! Mais vous savez Dr Cool, je ne suis pas le seul â être triste ou â rigoler. Les autres enfants sont aussi parfois très tristes et parfois très gais ?.
Dr Cool : ? Oui en effet, quand les enfants sont gais, on le voit â leur visage ou â l’éclat de leurs yeux. Mais toi en plus, tu peux te jeter sur tout le monde pour les serrer très fort, tu peux ricaner longtemps avant de pouvoir t’arrêter, tu ferais beaucoup de galipettes sans te fatiguer, tu grimperais sur les murs et tout d’un coup, parfois sans raison, tu deviens très triste. ?
Marco : ? Si j’ai cette maladie, c’est que je suis un mauvais garçon ? ?
Dr Cool : ? Ce n’est pas du tout de ta faute, tu n’es pas un vilain garçon, ce n’est pas toi qui a causé ce problème. C’est la partie de ton cerveau, qu’on appelle le centre des émotions, qui s’occupe de ce que nous ressentons dans notre c?ur qui a un problème ?. Marco fit un clin d’?il au Dr Cool et lui dit ? les émotions, je connais bien ça. Mais parfois ce que je ressens en moi me rend méchant ?.
Dr Cool : ? Non, tu n’es pas méchant. La maladie parfois te pousse â faire des choses que tu sais ne pas être bien. Tu vas pouvoir t’entraîner â dire aussi que tu es désolé et que tu essaieras de ne plus refaire la même chose la prochaine fois ?.
Marco : ? Si ce n’est pas parce que je suis mauvais, alors pourquoi j’ai cette maladie ? ?
Dr Cool : ? Dis-moi Marco, comment ça se fait que tu as des yeux bleus et des cheveux marrons ? ?
Marco : ? J’ai les mêmes yeux que ma mère. Par contre, j’ai les cheveux de mon papa ?
Dr Cool : ? C’est un peu pareil pour la bipolarité, on l’hérite de notre famille ?.
Marco : ? Est ce que je pourrais aller mieux un jour ? ?
Dr Cool : ? On connaît ce trouble chez les enfants depuis peu et les chercheurs travaillent dur pour les aider â aller mieux. Je vais donc te donner un médicament pour aider ton cerveau des émotions â mieux fonctionner. Parfois, certains enfants doivent prendre plusieurs médicaments en même temps ou en essayer plusieurs avant de trouver celui qui leur convienne le plus. Mais je te promets que je continuerai â faire de mon mieux pour t’aider. Tu sais Marco, ta famille, tes amis vont aussi t’aider. Mais il y a aussi des personnes qu’on appelle les psychologues, dont le métier est d’aider les enfants â résoudre leurs problèmes et â soulager leur souffrance. Tu pourras aussi parler avec eux et ils pourront t’aider â mieux te sentir ?.
Marco : ? Ok Doc ?.

Marco, en sortant de chez Dr Cool, était embarrassé et un peu en colère. Il se demandait ? pourquoi lui ? ?. Il était également triste, parce que son cerveau ne fonctionnait pas comme celui des autres enfants. Il avait un peu peur mais Dr Cool lui semblait sincère car il a promis de l’aider. Mais il était surtout rassuré de comprendre ce qui n’allait pas chez lui et de savoir qu’il y avait de l’espoir et qu’il allait aller mieux

Quelques semaines après la visite du Dr Cool, Marco se sentait mieux. Il n’aimait pas avoir un trouble bipolaire, mais il ne pouvait rien y changer. Il n’aimait pas non plus prendre son sachet en poudre mais ces cauchemars avaient disparu et il vivait beaucoup plus de beaux jours qu’avant. En plus, il n’était pas le seul â prendre des médicaments et â faire attention : d’autres enfants ont du diabète et de l’asthme et ils sont obligés de prendre des médicaments et faire attention, tout comme lui. Il avait aussi compris que La bipolarité est juste une partie de lui, de ce qu’il est et non pas tout ce qu’il est. Mais aussi, qu’il y a des moyens de s’en sortir et s’il le veut, il peut en faire quelque chose de génial. Il est un gentil garçon qui rêve de devenir sapeur pompier. Ses parents l’aiment, l’aimeront et le soutiendront toujours.